Saône-et-Loire : l'usine Eurosérum mise en vente à 1€ sur Le bon coin

Publié le Mis à jour le

Depuis le 10 février 2022, l'usine agroalimentaire Eurosérum est en vente sur le site de petites annonces en ligne Le bon coin. Les 119 postes de l'établissement de Saône-et-Loire sont menacés par une fermeture totale depuis le début du mois.

C'est une annonce plutôt farfelue. Depuis le 10 février 2022, l'usine agroalimentaire Eurosérum, à  Saint-Martin-Belle-Roche, en Saône-et-Loire, est en vente pour la modique somme d'1€ sur le site d'annonces en ligne Le bon coin.

Une action mené par les ouvriers de l'usine avec une portée avant tout symbolique : "C'est un petit trait d'humour pour essayer de nous faire voir et de faire connaître notre action avant tout. Il faut faire parler de nous et faire reculer ce projet", explique Olivier Legros, secrétaire CGT du site.

Un prix symbolique d'1€

L'annonce, publiée par le Comité social et économique de Saint-Martin-Belle-Roche (CSE SMBR), indique ainsi mettre en vente toute une liste de matériel et de locaux avant de mettre en avant la volonté des salariés de continuer à travailler.

Avec du personnel compétent (la direction SODIAAL n'est pas fournie avec), qui maîtrise tous ces outils, qui n'a pas peur de se lever le matin, qui a relevé tous les défis croisés jusqu'à maintenant.

CSE SMBR

Le bon coin

Cette usine est spécialisée dans la production de lactosérum déminéralisé à destination de produits infantiles. Après un conseil social et économique, le mardi 1er février, les 119 salariés de l'usine apprennent la nouvelle : leur usine va fermer au 3e trimestre 2022.

Une fermeture prévue pour le 3e trimestre de 2022

Tous les moyens sont bons donc pour alerter sur la situation difficile que vont traverser tous les salariés de l'entreprise pendant les prochains mois. L'annonce sur Le bon coin, une page Facebook avec des vidéos pour dénoncer la direction, mais également 119 poupées accrochées aux grillages de l'usine depuis le 15 février.

La direction a justifié cette décision par la dégradation du marché des ingrédients laitiers infantiles, et la baisse de la demande provenant de Chine ces dernières années.