Un immeuble menace de s'effondrer au centre-ville de Mâcon, deux autres bâtiments évacués

Un immeuble inhabité en travaux présente un risque d'effondrement, rue de la Barre à Mâcon. Un dispositif de sécurité est mis en place ce lundi 30 octobre.

► MISE À JOUR 31 OCTOBRE : Dans un communiqué, la ville de Mâcon indique que les habitants des bâtiments voisins ont pu regagner leur domicile. L'immeuble du 30 rue de la Barre, lui, est encore soumis à un arrêté de péril imminent.

Ce lundi 30 octobre, lors de travaux dans un immeuble inoccupé, au 30 rue de la Barre à Mâcon, "un risque d'effondrement d'un des planchers du bâtiment a été constaté ce matin". En conséquence, "le haut de la rue est fermé à la circulation et les deux immeubles mitoyens ont été évacués par précaution", indiquait la préfecture à 11h35.

Ce midi, une trentaine de sapeurs-pompiers sont arrivés sur place, ainsi qu'une brigade cynophile. Un poste de commandement a été installé. Cet immeuble avait été racheté il y a deux mois. Le propriétaire avait lancé des travaux à des fins locatives. Au rez-de-chaussée, l'immeuble abrite la boutique Serge Blanco.

"La situation est plutôt défavorable"

"On a été engagés juste après 9 heures", relate le capitaine Romain Comte, commandant des opérations de secours. "À l'occasion de travaux de rénovation sur le bâtiment, alors que des ouvriers coulaient une dalle, une des poutres qui soutient le plancher a menacé de rompre, ce qui fait craindre un risque d'effondrement du bâtiment." Par effet domino, si cette poutre cède, elle pourrait entraîner le plancher avec elle, puis toute la structure de l'immeuble.

À 13 heures, "la situation est plutot défavorable", indique le sapeur-pompier en charge des opérations. "On a pu mettre en place un réseau de télémétrie qui mesure l'écartement sous la poutre. Là, la dalle est en train de sécher, mais les indicateurs montrent que la poutre est toujours en mouvement."

L'enjeu désormais : consolider au plus vite la poutre, avec l'unité de sauvetage des sapeurs-pompiers, spécialisée dans ce genre d'intervention. "L'opération doit être la plus brève possible : il faut éviter d'exposer trop longtemps les équipes qui sont en-dessous."

Sur place, en préventif, une ambulance est stationnée, ainsi qu'une équipe de recherches cynophiles. "Si jamais ça tourne mal et que ça s'effondre, il faut qu'on soit en mesure de récupérer nos collègues rapidement", note Romain Comte.

Une fois la poutre consolidée, "l'idée sera de consolider l'ensemble du bâtiment en s'occupant des étages inférieurs, pour répartir la charge qui pèse sur les étais". Selon le capitaine, aucune alerte particulière n'avait été portée à la connaissance des pompiers avant les travaux.

À 17 heures, nouveau point de situation : malgré la pose des étais, la poutre continue de bouger. Les pompiers attendent la venue d'un expert. D'ici là, les habitants ne peuvent pas regagner leurs domiciles. 

► Plus d'informations à suivre.