Et si vous lisiez Tintin... en patois de Montceau-les-Mines ? L'insolite projet de deux couples de Saône-et-Loire

Depuis fin novembre 2023, les amateurs des Aventures de Tintin peuvent (re)découvrir le 21ème opus de la saga d'Hergé, "Les Bijoux de la Castafiore", en patois montcellien. L'aboutissement d'un projet initié en 2014 par deux couples habitant Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire).

Vous connaissiez peut-être "Die Juwelen der Sängerin", "Las joyas de la Castafiore" ou encore "The Castafiore Emerald" - quelques-unes des versions étrangères de l'antépénultième album (terminé, précision pour les tintinophiles) des Aventures de Tintin. Or, depuis fin novembre, une nouvelle traduction s'est ajoutée à la liste : "Les Pendouillons d'la Castafiore" !

Cette nouvelle variante est l'aboutissement d'un travail réalisé par quatre habitants de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire). L'un d'eux, Jean-Pierre Valabrègue, était un ancien étudiant en lettres. À l'époque où il rédige sa thèse, il apprend que l'un de ses professeurs a lui-même déjà traduit "Les Bijoux de la Castafiore"... en patois bourguignon. Au fil des ans, l'idée semble également germer chez lui puisqu'en 2014, avec son épouse et un couple d'amis, il se lance lui aussi dans la traduction de l'album. Mais cette fois, en montcellien.

"La traduction s'est donc faite à huit mains", explique Odile Coutaudier, responsable de la communication de l'association "Tintinnabuler au Montceau". "Comme M. Valabrègue avait écrit d'autres livres, il a contacté son éditeur pour voir comment on pourrait faire éditer l'album."

► LIRE AUSSI - ENTRETIEN. Dans le Morvan, la Résistance et les maquis au cœur d'une BD : "l'actualité prouve qu'il faut en parler"

Mais la "paperasse" nécessaire à l'édition de l'œuvre refroidit les espoirs des traducteurs. Le manuscrit reste donc dans un tiroir... jusqu'aux décès successifs, à quelques mois d'intervalle, de Jean-Pierre Valabrègue et Jacky Lamborot. Leurs veuves, Josiane Lamborot et Marie-Claude Valabrègue, décident donc de terminer le travail. "Nous avons donc contacté Casterman, qui nous a demandé de créer l'association", précise Odile Coutaudier. "Ce qu'on a fait, pour le résultat que l'on connaît."

"Les Bijoux de la Castafiore", le Tintin le plus traduit

Mais, sur les 24 albums que compte la série des Aventures de Tintin, pourquoi avoir choisi "Les Bijoux de la Castafiore" ? "Tout simplement parce qu'il s'agit de l'épisode le plus facile à traduire ! Il se déroule dans un seul lieu, sur une seule unité de temps, donc il est plus facile que d'autres à transposer en Montcellien."

Cette 21ème aventure est en effet la plus traduite, y compris en langues régionales. On y suit Tintin et le capitaine Haddock, qui font face à l'arrivée de la célèbre (!) cantatrice Bianca Castafiore au château de Moulinsart... et dont l'un des précieux bijoux disparaît mystérieusement sans laisser de traces. On estime que plus de 10 millions d'exemplaire de cet album ont été vendus dans le monde entier.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité