• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Gilets jaunes : quelle mobilisation samedi en Bourgogne ?

Depuis une semaine, ces gilets jaunes manifestent sur un pont de Montceau-les-Mines, comme ici ce vendredi 23 novembre. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Depuis une semaine, ces gilets jaunes manifestent sur un pont de Montceau-les-Mines, comme ici ce vendredi 23 novembre. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP

Cela fait bientôt une semaine que certains manifestent en gilets jaunes en Bourgogne. Alors qu'un rassemblement est annoncé à Paris samedi 24 novembre, la plupart ne devrait pas s'y rendre et préférer agir avec barrages filtrants et opérations péage gratuit sur les routes bourguignonnes.

Par M. F. avec AFP



Une semaine après le début de leur mouvement, les "gilets jaunes" sont toujours présents partout en France. Une grande manifestation est prévue à Paris ce samedi 24 novembre 2018, mais beaucoup resteront en région.
Suivez la mobilisation des "gilets jaunes" en direct en Côte-d’Or, dans la Nièvre, en Saône-et-Loire et dans l'Yonne.



 



À Montceau-Les-Mines (Saône-et-Loire), dans un "camp d'irréductibles Gaulois" en gilets jaunes, on préfère rester vague au sujet de la mobilisation de samedi, même si pour l'heure peu envisagent de se rendre à Paris.

Ils sont ici depuis une semaine. Sur cet échangeur de Magny, la cinquantaine de militants présents ce vendredi 23 novembre 2018 ne bloquent pas, ne filtrent même pas.

Une partie du groupe est postée en permanence sur un pont à lancer des "coucou" aux camions qui passent sur la Route Centre Europe Atlantique (RCEA). Les autres reprennent des forces autour d'un feu de palettes.

A force de la piétiner, l'herbe a laissé place à la terre sombre de cet ancien bassin minier aujourd'hui sinistré. On sent un besoin de parler, d'expliquer le mouvement. "Faut pas nous enfoncer, les médias !", exhorte Christophe Serrand, fonctionnaire de 52 ans. "Ici on est solidaire, il n'y a pas de leader, pas de politique, on est le peuple", dit-il aux journalistes.
 
Vendredi 23 novembre. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Vendredi 23 novembre. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP

Ces "gilets jaunes" sont particulièrement tatillons sur la question des chiffres relayés par la presse. "Les gens passent, là vous allez dire qu'on est une cinquantaine mais sur la journée on sera trois fois plus. Ce n'est pas en instantané", insiste un retraité qui ne veut pas donner son nom.
 
De fait, en cette matinée humide, par 4 degrés et avec le brouillard comme seul horizon, les militants vont et viennent. Une aide-soignante passe avant de prendre son service à 14h, un cycliste s'arrête quelques heures chaque jour... Un carreleur dépose des palettes récupérées sur les chantiers. "Je repasserai dans l'après-midi si j'ai le temps", promet-il.

Quelques minutes plus tard, une vieille dame ouvre sa portière et jette un gros sac. Baguettes, charcuterie, bananes et quatre-quarts. Un pique-nique roboratif : "c'est ma façon à moi de vous soutenir car je n'ai plus l'âge", lance-t-elle.

"On va rester le temps qu'il faudra", martèle Josette Berland "virée à 60 ans" et pilier du mouvement local, reconnaissable à son ciré jaune et ses après-ski.
 

Référendum sur Macron

L'Élysée vient d'annoncer qu'Emmanuel Macron dévoilera mardi un nouveau cap pour la transition écologique, de nouvelles mesures et des négociations sur tout le territoire pour la rendre "acceptable et démocratique", mais beaucoup s'impatientent. "Ça fait une semaine et il n'a pas pris la parole. Par contre ça, il l'a prise pour défendre Ghosn. Il faut qu'il nous considère, qu'il nous respecte, qu'il récupère l'argent qu'il a donné aux riches", estime un père de famille, bonnet noir sur les oreilles.

"Pour moi, il n'y a qu'un référendum qui peut arrêter le mouvement. C'est ce que demande la porte-parole des gilets du Val d'Oise [interrogée jeudi sur BFMTV]. Qu'est-ce qu'elle parle bien", admire Bernard Moreau, retraité de 66 ans qui ne quitte pas son casque de vélo.
 
Mercredi 21 novembre. / © France 3 Bourgogne
Mercredi 21 novembre. / © France 3 Bourgogne

"Si l'État ne bouge pas, on part sur une guerre civile", assure Christophe Serrand, qui pointe aussi les "grands groupes capitalisés qu'on alimente avec nos achats". "On doit revoir notre mode de vie".

Les taxes, le carburant, c'était au début. Maintenant, leurs revendications sont multiples. Un vieux monsieur évoque notamment les migrants, "contre qui il n'a rien mais qu'on doit entretenir".

 

Crainte des CRS et des casseurs

Pour samedi, la discrétion s'impose. "On est tous d'accord, on dit rien", répondent en choeur ces "gilets jaunes". L'un d'entre eux compte aller à Paris en covoiturage, mais les autres semblent plutôt envisager de rester en Saône-et-Loire.

L'argument premier est le coût du déplacement, mais aussi le risque de débordements. "Il faut qu'on réussisse demain (samedi) à se faire entendre, mais comme il faut, et à Paris il risque d'y avoir de la casse", avance Jean-Michel Rocault, derrière ses petites lunettes carrées. "Pas envie d'aller face aux CRS à Paris", abonde un autre retraité.

Pierre-Gaël Laveder, un des porte-parole du mouvement en Saône-et-Loire, rêve lui de "quelque chose de grandiose". Un défilé à pied sur la RCEA ? Peut-être. Cela dépendra aussi du nombre de "gilets" mobilisés. La semaine dernière, ils en ont compté 600.
 
Mercredi 21 novembre. / © France 3 Bourgogne
Mercredi 21 novembre. / © France 3 Bourgogne


"On va durcir un peu le ton"

En Côte-d'Or, à Fontaine-lès-Dijon, les gilets jaunes qui se relayent depuis une semaine sur un rond-point seront encore là samedi. Ici, personne ne compte aller manifester à Paris.

Même état d'esprit à Chevigny-Saint-Sauveur où les manifestants se préparent déjà à passer une nouvelle journée sur place. Pas question de lever le barrage filtrant qu'ils ont installé.

À Arc-sur-Tille, devant le péage de l'A31, le groupe de gilets jaunes compte aussi sur davantage de mobilisation ce samedi. "S'ils ne veulent pas comprendre qu'on commence à en avoir marre de tout, on va durcir un peu le ton on va dire", indique un manifestant.

Pour se faire entendre, les gilets jaunes de Côte-d'Or promettent d'amplifier leur action sur le terrain samedi 24 novembre, mais sans en dire plus.
 
Gilets jaunes : quelle mobilisation samedi en Côte-d'Or ?
Cela fait bientôt une semaine que certains manifestent en gilets jaunes en Bourgogne. Alors qu'un rassemblement est annoncé à Paris samedi 24 novembre, la plupart ne devrait pas s'y rendre et préférer agir avec barrages filtrants et opérations péage gratuit sur les routes bourguignonnes. - France 3 Bourgogne - Anne Berger, Dalila Iberrakene, Pascal Rondi

A lire aussi

Sur le même sujet

Dijon : des lycéens s'agenouillent en soutien à ceux interpellés à Mantes-la-Jolie

Les + Lus