VIDÉO. Agriculteur et TikTokeur, il partage son métier sur les réseaux : "j'aimerais que le point de vue des gens change"

Il partage son quotidien à la ferme sur les réseaux sociaux. Mathis Cuzin, fils d’un éleveur de charolaises de Saône-et-Loire, s’est lancé sur TikTok il y a deux ans avec l’envie de changer l’image des jeunes sur son métier. Son compte cumule déjà plus de 20 000 abonnés.

Quand Mathis Cuzin sort son drone, c’est pour compter ses bêtes... et les mettre en avant sur Internet. Des plans soignés de son troupeau de charolaises destinés à son compte TikTok. Sur le réseau social, Matis s’appelle @matagri71. Plusieurs fois par semaine, l’éleveur de Perrecy-les-Forges (Saône-et-Loire) de 19 ans raconte son quotidien.

@matagri71

♬ son original - speedsong1k

Un succès inattendu

Pas de planning de publication, ni de format prédéfini. Matis expérimente tout ce qui lui passe par la tête, et s’inspire parfois d’autres créateurs de contenus. Avec 1 600 000 vues pour sa vidéo la plus visionnée et 20 000 personnes abonnées à son compte, l’apprenti éleveur n’espérait pas un tel succès quand il s’est lancé sur les réseaux sociaux.

À l’époque, il travaille pour le compte d’une entreprise de travaux agricoles. "Des fois, je cassais du matériel ou j'enterrais un tracteur. Et je me suis dit qu'au lieu d'envoyer les vidéos uniquement à mes amis, je pourrais les diffuser sur les réseaux sociaux pour montrer à tout le monde ce que j'ai eu comme péripéties", raconte Mathis.

@matagri71 C’est tellement beau 🥹 #charolais @Maison Doucet Relais&Châteaux ♬ original sound - naddy🩹

"Les gens pensent qu'on travaille toujours comme avant, qu'on maltraite les animaux, alors que pas du tout" 

Son audience lui a permis de toucher 75 euros sur les trois derniers mois. Mais sa plus belle récompense, c’est le soutien qu’il reçoit en commentaires ou en message privé. La preuve selon lui que le métier d’éleveur peut parler aux jeunes : "J'aimerais que leur point de vue change, qu'ils prennent conscience des choses. Ils pensent qu'on travaille toujours comme avant, comme des acharnés, que l'on maltraite les animaux, que l'on donne tout le temps des antibiotiques au bétail... alors que pas du tout."

Jamais à court d’idées, le jeune Bourguignon envisage de se mettre en scène dans ses prochaines vidéos. Il pourrait se lancer sur Youtube dans les mois qui viennent.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité