Un institut de formation supérieure va s'installer sur la petite commune de Tramayes (Saône-et-Loire) pour former en 3 ans des étudiants compétents sur les enjeux de la ruralité, à la fois sur des disciplines académiques mais aussi sur les métiers manuels. Un défi en milieu rural, relevé par les 5 co-créateurs du projet.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

A Tramayes, dans le Haut-Clunysois, cette commune de mille habitants environ va accueillir en octobre prochain un Institut d'enseignement supérieur et sa première promotion d'étudiants. Pourquoi s'installer à Tramayes, et pour y apprendre quoi ? Voici les éléments de réponse.

Pourquoi avoir choisi la ruralité ?

C'est un projet qui était en gestation depuis longtemps, mais qui a nécessité de nombreux réglages et ajustements pour se faire, notamment sur le choix de la commune d'accueil.
Guillaume Moraël est co-fondateur du projet. Ce formateur dans l'enseignement supérieur travaille pour Sciences Po Lyon et bénéficie d'une forte expérience dans le domaine de l'économie sociale et solidaire et la coopération internationale.

Selon lui, le choix de Tramayes est inhérent à ce que propose la formation : "C'est un institut de formation supérieur qui vise à former sur les enjeux de la ruralité. De fait, être dans un petit village, au cœur de la Bourgogne, pour nous c'est pertinent. Le profil que l'on recherche, c'est des jeunes gens, qui ont le Bac et qui sont curieux du monde et des enjeux du monde, qui ont envie de s'investir dans la ruralité, d'apprendre un métier manuel utile à la ruralité et qui veulent être également en capacité de développer des petites et moyennes entreprises en milieu rural."

Les 5 co-fondateurs ont enseigné à Sciences-Po Lyon et dans d'autres écoles de commerce. Ils ont aussi tous travaillé pour l'association arc-en-ciel France, une association en charge de promouvoir la diversité, l’intégration et le développement de manières différentes.

L'implantation à Tramayes repose sur une intégration locale de l'Institut : "l'enjeu est d'être en lien étroit avec les parties prenantes du village, d'abord la municipalité et celles alentour, mais aussi les commerçants, artisans, associations, mais aussi les habitants. Il faut apprendre à se connaître et s'apprivoiser, comprendre les besoins et les attentes et quelle est la manière de faire pour que les choses se passent bien pour que les uns et les autres puissent bénéficier mutuellement des opportunités que peuvent générer un projet tel que celui-là."

Les mains dans la terre

C'est un volet tout aussi important que l'enseignement académique qui sera abordé à l'Institut : savoir faire pousser des fruits et des légumes, et les commercialiser. Une grande partie du temps se déroulera dans des jardins maraîchers qui sont déjà mis en exploitation.

Jacques Siefert est responsable d'activités pour l'association "arcenciel France" . Il est aussi maraîcher à Tramayes. Son rôle va consister à exploiter 4 parcelles en maraîchage, en agriculture biologique. Elles ont été mises en culture il y a 6 mois, et produisent déjà des légumes.

Les étudiants viendront cultiver, apprendre les gestes, comprendre les équilibres et la gestion de l'eau, et connaître les rouages de la commercialisation des produits. Sur le terrain, les 4 parcelles sont, pour certaines, déjà bien garnies de légumes (courgettes, tomates, betteraves, haricots, choux raves, cébette...) : "On s'est donné un espace de production professionnel. L'équilibre avec l'aspect pédagogique, pour nous, c'est d'avoir une belle production, avec un cahier des charges important, pour ensuite montrer comment on fait."

Jacques Siefert nous explique les types de cultures faites dans les jardins maraîchers : une partie en culture bio intensive et une autre en maraîchage sur sol vivant. Il restera aussi une parcelle plus expérimentale, permettant de tester des cultures que les étudiants souhaiteront tester.

Les étudiant impliqués dans le développement local

Non seulement impliqués dans la production maraîchère, les étudiants seront aussi impliqués dans des projets concrets, en collaboration avec les acteurs du territoire. Par exemple, Guillaume Moraël nous montre un corps de ferme avec deux granges, situé à proximité du futur campus : "Les deux granges vont devenir des ateliers. Pour l'une d'entre elles, il faut refaire le toit. Nous sommes en contact avec des artisans du coin, mais la réfection de toiture va devenir un projet à part entière, dans lequel les étudiants vont s'impliquer."

La démarche de formation se veut donc vertueuse, en répondant d'une part aux besoins et participer à la dynamique du territoire, mais d'autre part pour enrichir et diversifier les opportunités d'expérimentation des étudiants.

Des travaux de rénovation pour créer un campus

La commune de Tramayes a accueilli le projet avec enthousiasme, et a pu mettre à disposition des bâtiments pour que l'institut puisse s'installer. Néanmoins, il faut rénover ces bâtiments : une ancienne école, les locaux laissés par la garderie de la commune pour s'installer dans de nouveaux espaces, une bibliothèque et les bâtiments de l'administration. L'investissement total s'élève à plus de 2 millions d'euros.

Guillaume Moraël indique que les travaux débuteront à la fin de l'été, mais que déjà, les étudiants disposeront d'une salle de classe, avec les locaux laissés par la garderie municipale. Un tel projet nécessite de l'argent, mais les co-fondateurs ont pu solliciter différents organismes pour bénéficier de garanties. Le co-fondateur explique : "le financement s'effectue dans le champ de l'économie sociale et solidaire : on va accéder à des financements de la collectivité publique, par exemple l'Etat, bientôt de la Région Bourgogne-Franche-Comté, et sinon on est en train de signer avec une banque et avec France Active Bourgogne, qui nous prête à taux zéro. Sur le fonctionnement, le coût sera supporté par les scolarités payées par les étudiants et leurs familles. On se situe dans la fourchette très basse des prix de l'enseignement supérieur, et on propose des tarifications adaptées selon les revenus des familles."

La rentrée de la dizaine de nouveaux étudiants s'effectuera en octobre prochain.

https://www.institutdetramayes.fr/