• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Procès d'un frère de Saint-Jean : Régis Peillon condamné à un an de prison avec sursis

Régis Peillon, dans la salle d'audience du tribunal de Chalon-sur-Saône.
Régis Peillon, dans la salle d'audience du tribunal de Chalon-sur-Saône.

Ce vendredi 29 avril 2016, s'est ouvert devant le tribunal correctionnel de Chalon-sur-Saône le procès d'un ancien religieux de la communauté Saint-Jean, basée au prieuré de Rimont à Fley, en Saône-et-Loire. Régis Peillon a été condamné à un an de prison avec sursis et une mise à l'épreuve de 3 ans.

Par Maryline Barate

Le verdict a été rendu peu avant 13h au tribunal de Chalon. Régis Peillon a été condamné à un an de prison avec sursis et une mise à l'épreuve de 3 ans.

En fin de matinée, les réquisitions sont tombées. L'avocat général a requis18 mois de prison, cinq ans de suivi socio-judiciaire et l'inscription sur la liste des délinquants sexuels. La peine de réclusion serait de trois ans si Régis Peillon n'observait pas son suivi judiciaire.

Le reportage de Romy Ho-a-Chuck et Damien Boutillet :

Montage : Lucille Feuillebois / Intervenants : 
  • Me Marie-Pierre Dominjon, avocate de la défense
  • Jack Heliot, membre de l'Avref
  • Philippe Gentien, membre de l'Avref - Association d'aides aux victimes des dérives de mouvements religieux en Europe et à leur famille
Procès d'un frère de Saint-Jean : Régis Peillon condamné à un an de prison avec sursis

A son arrivée au palais de justice de Chalon-sur-Saône, Régis Peillon ne portait plus la soutane grise caractéristique de son ancienne congrégation. Ce religieux a quitté la communauté en 2014. Il a été officiellement relevé de ses vœux en 2015.

Questionné par la présidente, Régis Peillon n'a pas nié les agressions sexuelles qu'il a commises sur un adolescent en 2009 et sur un adulte en 2014, en l'occurrence un autre moine de Saint-Jean. Il dit avoir agi sur des pulsions. L'ancien moine a expliqué que ses supérieurs connaissaient ses penchants pour les jeunes hommes dès 1991.

A lire aussi

Sur le même sujet

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus