Saône-et-Loire : deux gynécologues recrutées par le Département pour lutter contre les déserts médicaux

La Saône-et-Loire poursuit son programme de recrutement de médecins, avec cette fois des spécialistes. Deux gynécologues rejoignent les praticiens salariés par le conseil départemental.
Les médecins salariés par le conseil départemental viennent en complément des professionnels libéraux.
Les médecins salariés par le conseil départemental viennent en complément des professionnels libéraux. © Anthony Borlot / France Télévisions

Installée en libéral depuis 1993, la gynécologue Béatrice Vassel est désormais salariée. Elle vient de rejoindre, avec sa consœur Pascale Bulot, les équipes du centre départemental de santé de Saône-et-Loire. "Je les avais déjà contacté il y a deux ou trois ans pour voir s'ils étaient intéressés par des gynécologues. Et j'étais déjà prête à faire évoluer ma carrière", indique-t-elle.

Fragnes-la-Loyère est la première commune à accueillir ces médecins spécialistes employés par le département. L'arrivée de ces deux gynécologues dans le bassin châlonnais va permettre à de nombreuses patientes d'être à nouveau suivies.

En effet, le centre départemental de Santé reçoit tous les patients qui n'ont plus de médecin traitant. Les deux professionnelles de santé vont recevoir des patientes à Fragnes-la-Loyère, Sagy et Chalon-sur-Saône.

"On ne peut pas raisonner, en termes de santé, au niveau des limites communales. C'est vraiment au niveau des bassins de vie qu'il faut raisonner", indique Alain Gaudray, le maire de Fragnes-la-Loyère, également vice-président du Grand Chalon en charge de la santé. "L'arrivée de ces deux médecins me satisfait pleinement parce que c'est une offre de spécialité qui allait disparaître et que, grâce au Département, on a pu maintenir sur notre territoire du Grand Chalonnais."

Un complément de l'offre libérale

Doté d'un budget de huit millions d'euros, le centre départemental de santé poursuit son expansion et s'adapte. Si un libéral décide de s'installer, le médecin du département est aussitôt redéployé ailleurs pour renforcer d'autres zones en difficultés du territoire.

"On n'est pas en concurrence, on vient vraiment en complément de l'offre libérale. L'objectif est vraiment de travailler le plus intelligemment possible. On va essayer d'avoir la couverture la plus performante possible sur l'ensemble du territoire,  aussi bien pour les généralistes que les spécialistes", précise André Accary, le président divers droite du conseil départemental.

Une stratégie confirmée dans les faits à Mercurey et Étang-sur-Arroux. Les deux antennes médicales laissent la place à deux nouveaux médecins libéraux. D'autres spécialistes sont attendus d'ici l'an prochain. Des cardiologues, des ophtalmologues et des pédiatres iront bientôt rejoindre les 70 praticiens employés pour l'instant par le conseil départemental.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société