Saône-et-Loire : un hélicoptère pour remplacer des pylônes électriques

Depuis lundi 2 août, un vaste chantier de rénovation du réseau électrique est en cours en Saône-et-Loire. 63 pylônes d'une ligne haute tension sont en train d'être remplacés sur un secteur de 15 kilomètres entre Gueugnon et Bourbon-Lancy. Une opération qui nécessite l'aide d'un hélicoptère.
Un hélicoptère est utilisé sur ce chantier de remplacement de pylônes électriques.
Un hélicoptère est utilisé sur ce chantier de remplacement de pylônes électriques. © David Segal / France Télévisions

La manœuvre est spectaculaire. Un pylône de 3,5 tonnes de métal et de 25 mètres de haut, est suspendu dans les airs à un hélicoptère. La structure est déposée au centimètre près à son emplacement définitif.

RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, remplace en ce moment 63 pylônes électriques d'une ligne haute tension entre Gueugnon et Bourbon-Lancy en Saône-et-Loire pour un budget de 4,8 millions d'euros. L'hélicoptère est utilisé pour remplacer une quarantaine des pylônes.

"L'hélicoptère est équipé d'une bulle, ce qui permet de se pencher pour voir directement les obstacles ou la partie à emboîter", précise Wilfried Tourte, coordinateur des travaux héliportés pour RTE.

"Ces pylônes présentent des signes de vieillissement. Au bout d'une centaine d'années, il y a de la corrosion qui s'installe sur les supports. Nous avons des salariés qui surveillent régulièrement ces pylônes. Ce sont eux qui nous indiquent qu'il faut procéder au remplacement", détaille Philippe Lefebvre, directeur de RTE en Bourgogne-Franche-Comté.

Le chantier est programmé sur quatre semaines.
Le chantier est programmé sur quatre semaines. © David Segal / France Télévisions

Quatre semaines d'intervention

La pose s'effectue parfois en deux étapes, la base, puis la tête, avant de sécuriser le support grâce à de gros boulons. Ce chantier est mené tambour battant grâce à l'hélicoptère et plus de 80 personnes sur place. Car la ligne est coupée pour quatre semaines sans impact pour la population, mais il faut composer avec la météo. 

"Nous avons des anémomètres connectés qui nous donnent en temps réel la vitesse du vent. Ce qu'il faut savoir, c'est que pour permettre nos travaux d'empilement, nous sommes limités à 40km/h", indique David Mrdjenovic, manager de projet chez RTE.

La ligne devrait être remise en service le 20 août prochain. Les anciens pylônes, eux, seront recyclés par une entreprise locale.

Le chantier est chiffré à 4,8 millions d'euros.
Le chantier est chiffré à 4,8 millions d'euros. © RTE - Samuel Bartolo

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie travaux publics