Saône-et-Loire : le cheptel bovin et ovin doit être vacciné d’urgence contre la fièvre catarrhale ovine

Le cheptel de Michel Renevier, à Charcenne en Haute-Saône. / © France 3 Franche-Comté
Le cheptel de Michel Renevier, à Charcenne en Haute-Saône. / © France 3 Franche-Comté

Le comité de pilotage fièvre catarrhale ovine (FCO) de Saône-et-Loire appelle les éleveurs à vacciner rapidement l'ensemble de leurs cheptels bovin et ovin.

Par B.L.

En 2015, une vaste campagne de vaccination contre la fièvre catarrhale ovine (FCO) avait été lancée dans une grande partie de l'Hexagone. Cela avait été le cas notamment en Bourgogne où plusieurs foyers avaient été identifiés. 
Les cas ont continué à se multiplier en 2016 et la situation n'est toujours pas rentrée dans l'ordre. 

La fièvre catarrhale ovine, qui est véhiculée par un moucheron piqueur, touche les ruminants domestiques (ovins, bovins, caprins) et sauvages. Cette maladie est sans danger pour les humains, mais elle impose des mesures pour les troupeaux. 

Où en est la FCO en Saône-et-Loire ?

La Saône-et-Loire fait partie des départements où les cas de fièvre catarrhale ovine sont les plus nombreux. En moyenne, seul un animal sur quatre dans le département n'a pas été contaminé au cours de la saison 2016.

C’est ce qui ressort de la réunion du comité de pilotage "Fièvre Catarrhale Ovine" qui a eu lieu à la préfecture de Saône-et-Loire le 27 février 2017. Ce comité rassemble  l'ensemble des professionnels de la filière de l'élevage bovin et ovin, les vétérinaires et l'administration.
Un point a été fait sur le virus qui affecte le département depuis octobre 2015 et s'est largement répandu pendant toute l'année 2016 sur l'ensemble des cheptels de Saône-et-Loire.

« Les participants ont fait état cette année de troubles de la reproduction et de surmortalités dans les élevages. De nombreux facteurs ont été identifiés pouvant en être à l'origine (qualité insuffisante des fourrages, pathologies infectieuses) mais la FCO en fait sans aucun doute partie, même si des études complémentaires sont nécessaires pour en préciser le rôle exact.

L'ensemble des participants reconnaît donc la nécessité de vacciner rapidement l'ensemble du cheptel bovin et ovin et appelle les éleveurs à se rapprocher de leur vétérinaire pour connaître les modalités de cette vaccination », indique la préfecture de Saône-et-Loire mercredi 1er mars 2017.

Quelles sont les recommandations pour la vaccination contre la FCO ?

- vacciner  les animaux reproducteurs et le animaux destinés à la vente dès l'âge de 2,5 mois
- ne pas réserver la vaccination aux seuls animaux destinés à l'exportation
- l'immunité naturelle est hétérogène et ne concernera jamais l'ensemble de l'effectif
- les doses de  vaccin sont mises à disposition des éleveurs gratuitement
- la vaccination en mars, avant la mise à la reproduction et la mise à l'herbe, est encore une période favorable pour le faire

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus