Saône-et-Loire : les dépistages Covid-19 reportés dans les collèges et lycées

La Préfecture du département annonçait des tests rapides pour les professeurs et les agents de certains collèges et lycées, au sein même de leur établissement. Cette campagne de dépistage du Coronavirus prévue mardi 15 décembre, est finalement reportée. Les lieux d'accueil ne sont pas encore prêts.

© Guillaume Desmalles / France Télévision

« Prévenir et limiter au maximum les contaminations en milieu scolaire », ce devait être l'objectif des tests menés par la Préfecture, en milieu scolaire, dès le mardi 15 décembre. Mais ce lundi, du côté de l'Education nationale, c'est l'embarras : certains établissements ne sont pas encore prêts à accueillir ces permanences. Leur mise en place exige une procédure stricte. Ces règles imposent par exemple un traitement spécialisé pour les déchets. Il s'agit des instruments servant à effectuer les dépistages. Selon la Direction départementale de l'Education nationale en Saône-et-Loire, c'est parce que certains de ces sites ne sont pas prêts, que l'opération doit être reportée. 

Quels tests seront utilisés ?

Il s'agit des tests antigéniques. Le prélèvement s’effectue dans le nez, tout comme les tests classiques (ou tests PCR), où l’on trouve le plus de particules du virus. Le résultat s’obtient en une trentaine de minutes maximum. Des résultats plus rapides, mais attention, car ces tests sont moins précis que les tests habituels (ou tests PCR). Ces dépistages ne détectent en effet le virus que lorsqu’il est très présent dans le corps, contrairement aux tests classiques.

Quels sont les établissements choisis ?

Les sept sites de dépistages scolaires sont répartis dans tout le département. Ils seront effectués par les infirmières scolaires des établissements concernés.
En voici la liste précise : 

A quels publics s'adressent ces tests ?

Aucun élève n'est concerné par cette campagne de dépistages. La Direction départementale de l'Education nationale de la Saône-et-Loire indique que ces tests ne concerneront que les personnels et agents ayant des symptômes et qui n'ont pas pu se faire tester dans un laboratoire, une pharmacie, ou tout lieu permettant un test. Ce qui est conforme aux instructions du Ministère de la Santé, qui précise que les tests antigéniques s’adressent en priorité aux personnes présentant des symptômes de la Covid-19, et aux « personnes asymptomatiques » quand elles ont été au contact d’une ou plusieurs personnes malades.

Quelles réactions parmi les personnes concernées ?

Le dispositif à venir est accueilli fraîchement par certains professeurs. C'est notamment le cas d'Annick Alix, qui enseigne en lycée et est représentante du syndicat SNFOLC, au Comité Technique de l’Académie de Dijon. « Ce qu’il aurait fallu, ce ne sont pas des tests à caractère incitatif, mais systématiques. Il y a des doutes, car on teste plutôt dans des zones où les hôpitaux sont sous pression, et là où on constate beaucoup de cas. C’est une décision tardive, il aurait fallu faire cette campagne de dépistage plus tôt, et non à une semaine des vacances », déplore la professeur. 

Ce lundi 14 décembre, l'Education nationale ne donne pas de date pour le lancement de cette campagne de tests.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 éducation société