• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Sécheresse : le Jura déclenche le niveau de crise

© France 3 Franche-Comté
© France 3 Franche-Comté

Un communiqué de presse du Bureau interministériel et de la représentation de l’Etat dans le Jura fait état du passage en plan de " crise sécheresse " dans le département.
 

Par Elina Weil

Les départements de Haute-Saône l'ont déclenché le 3 septembre, le Territoire de Belfort le 5 septembre, le Doubs partiellement sur les bassins de l’Allan et du Haut-Doubs le 12 septembre : c’est à présent au tour du département du Jura de déployer le plan de " crise sécheresse".

Le préfet du Jura a pris de nouvelles mesures de restriction des usages de l’eau sur l’ensemble du département du Jura.

Depuis plus de deux mois, le département connaît un déficit pluviométrique couplé à des températures élevées, ce qui est à l’origine d’une situation hydrologique préoccupante avec une faiblesse de l’étiage des rivières.

Au niveau régional, plusieurs bassins sont d’ores et déjà passés en niveau de " crise "

La tendance météorologique pour les prochains jours ne laisse pas entrevoir l’arrivée de pluies abondantes permettant de compenser ce déficit en eau. Face à cette situation, le préfet vient de déclencher le niveau 3 dit niveau de " crise " et de prendre un nouvel arrêté portant restriction de l'usage de l'eau. Dans ces conditions, il est demandé à chacun de veiller à une bonne utilisation de l’eau et au respect de la ressource et des milieux aquatiques.

Il est important de limiter les quantités d’eau consommées, d’éviter tout gaspillage et de contribuer à la bonne qualité des eaux.
 

Dans l’ensemble des communes du Jura, il est interdit :


- d’utiliser de l’eau pour le lavage des véhicules, y compris dans les stations professionnelles, à l’exception de celles stations équipées d’un système de recyclage complété par une réserve d’eau de pluie. Cette interdiction ne s’applique pas aux véhicules ayant une obligation réglementaire (véhicules sanitaires ou alimentaires), technique (bétonnière, etc) et ceux des organismes liés à la sécurité.

- de remplir les piscines privées d'une capacité supérieure à 2m3, y compris les piscines démontables. Pour les piscines ouvertes au public, les vidanges sont soumises à autorisation préfectorale.

- d’arroser les pelouses, les espaces verts publics et privés, les jardins d’agrément. L’arrosage des jardins potagers reste autorisé de 20h à 8h, en dehors des prélèvements en cours d’eau et nappes d’accompagnement. Il importe toutefois de veiller à ce que les arrosages soient limités aux stricts besoins des plantes.

- d’arroser les terrains de sport et de golf , y compris les greens et stades.

- de nettoyer les pistes d’athlétisme, les tribunes et équipements de loisirs, sauf impératif sanitaire

- de laver les voiries sauf impératif sanitaire, et au moyen de balayeuses laveuses automatiques

- de laver les terrasses, toitures et façades, sauf  en cas de travaux, et sauf dérogation pour des raisons sanitaires

L’arrosage des pistes de chantiers est limité au strict nécessaire. Les fontaines publiques doivent être fermées quand c’est techniquement possible. Le lavage des réservoirs d’eau potable et les purges des réseaux, sauf dérogation sanitaire, ainsi que les essais de débit sur poteaux incendie, sauf nécessité de service, sont interdits.

Les industries doivent appliquer le niveau 3 (maximal) de leur plan d’économie. Les activités industrielles et commerciales doivent limiter au strict nécessaire leur consommation d’eau.

Pour l’irrigation agricole, l’arrosage par aspersion est interdit de 8h à 20 h.

La vidange et le remplissage des plans d’eau sont interdits
. Le prélèvement d'eau dans le milieu naturel et les fontaines est interdit.

Pour l'agriculture, l’abreuvement des animaux n’est pas concerné par ces mesures.


23 communes du pays de Montbéliard et 111 communes du Haut-Doubs sont en alerte crise sécheresse.


 

La sécheresse est un phénomène progressif tributaire de trois principaux facteurs : la pluviométrie, la température et les prélèvements sur la ressource en eau (par le milieu naturel, l’activité de l’homme, etc.).

S’il est impossible d’agir sur les deux premiers facteurs, il peut être décidé d’agir sur les prélèvements sur la ressource en eau en déclenchant le niveau " crise sécheresse ".

Site internet répertoriant les restrictions d'eau en France, du ministère de la Transition écologique et solidaire  
 

 

Sur le même sujet

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus