Ski à Noël : "On peut très bien faire appel à la responsabilité individuelle" juge Marie-Guite Dufay

Comme cinq autres régions, la Bourgogne-Franche-Comté a décidé de saisir le Conseil d’Etat face à l’interdiction d’ouvrir les remontées mécaniques dans les stations de ski. Un recours porté notamment par Marie-Guite Dufay que nous avons rencontrée ce vendredi. 
Un mouvement qui prend de l’ampleur. Par la voix de sa présidente Marie-Guite Dufay la Bourgogne-Franche-Comté a annoncé ce jeudi saisir le Conseil d’Etat après la décision du gouvernement de fermer les remontées mécaniques dans les stations de ski cet hiver. Cinq autres régions ont fait de même : la Nouvelle Aquitaine, l’Occitanie, la Provence-Alpes-Côte-d’Azur, le Grand Est et l’Auvergne Rhône-Alpes. Au total, ce sont près de 15 départements qui sont donc concernés par ce recours devant la plus haute juridiction. 
 
"Il ne faut pas que les gens se ruent dans les stations" souligne Marie-Guite Dufay, que nous avons rencontrée ce vendredi, "On peut très bien faire appel à la responsabilité individuelle. Les gens vont pouvoir skier. Les remontées mécaniques vont marcher et cela permettra aux acteurs économiques - je pense aux commerces, aux loueurs et moniteurs - vont pouvoir à nouveau travailler. Mais il faut skier en faisant attention le soir, dans les locations quand on se rassemble. C’est ça le message qu’il faut faire passer" a expliqué la présidente de la région. 

Comme plusieurs autres élus, Marie-Guite Dufay prône donc la relance tout en respectant au maximum la distanciation sociale et les gestes barrières. Hier, son homologue d’Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez justifiait d’ailleurs la saisie du Conseil d’Etat : "Pour nous, il s’agit d’une décision illogique qui n’est pas fondée sur des critères sanitaires. L’interdiction générale et absolue est illégale. Il y a d’autres moyens que la fermeture totale des remontées mécaniques" a-t-il martelé. 

"Les conséquences d'une troisième vague seraient gravissimes"

Rappelons que la décision du gouvernement intervient dans un contexte sanitaire toujours difficile, alors que la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 n’est toujours pas arrivée à son terme. Les régions Bourgogne Franche-Comté et Auvergne-Rhône Alpes sont d’ailleurs celles où le virus continue de circuler le plus activement. Le taux d'incidence est même repassé à 185 cas positifs pour 100 000 habitants dans le Jura

"Il faut absolument éviter que l’épidémie reparte. Il faut éviter une troisième vague importante en janvier-février qui impliquerait un troisième confinement" explique de son côté Eric Alauzet, député La République En Marche (LREM) du Doubs, "Les conséquences seraient gravissimes pour l’économie, et notamment pour les sports d’hiver. Nous devons prendre des précautions maintenant pour épargner le reste de la saison" rappelle l’élu. 
 
Le délai d'examen des référés au Conseil d'Etat est en principe de 48 heures. Une décision pourrait donc être rendue en début de semaine prochaine. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ski sport région bourgogne franche-comté politique fusion des régions réforme territoriale marie-guite dufay