Solutré : découvrez le patrimoine préhistorique de Bourgogne Franche-Comté

© France 3 Bourgogne
© France 3 Bourgogne

Une exposition exceptionnelle est proposée au musée de la Préhistoire à Solutré, en Saône-et-Loire, jusqu'en octobre 2017. Elle retrace le peuplement aux temps préhistoriques de ce qui est aujourd'hui la grande région Bourgogne Franche-Comté. 

Par CJ

C'est la première fois que sont regroupés en un seul et même lieu autant d'objets préhistoriques découverts dans la grande région. Des objets prêtés par de très nombreux musées, mais aussi par des villes et des universités.

Avec cette exposition "Bourgogne Franche-Comté, Terre de Préhistoire"présentée à l’occasion de la commémoration du 150ème anniversaire de la découverte du site préhistorique de Solutré, le Département de Saône-et-Loire souhaite rappeler combien l’histoire de nos origines est une composante essentielle pour construire et donner sens à ce que nous sommes aujourd’hui.

Une aire géographique très fréquentée dès la préhistoire

Au carrefour du bassin parisien, de la vallée du Rhône et de l’axe rhénan et à proximité immédiate de la Suisse et de l’Allemagne, la région Bourgogne Franche-Comté  a toujours été un passage privilégié pour les échanges et les mouvements humains. Les principaux sites archéologiques de la région en témoignent par leur richesse et leur diversité : ils figurent parmi les plus renommés à l’échelle nationale et même européen.

Les premières traces d’une présence humaine en Bourgogne Franche-Comté se rattachent à une période comprise entre - 500 000 et - 300 000 ans. Dans le Doubs, l’aven piège de Vergranne livre un des plus anciens restes humains européens. En Saône-et-Loire, l’habitat du porche de la grotte d’Azé et dans l'Yonne les gisements de plein air de Soucy ont révélé des traces d’activités humaines tournées vers la production de bifaces et l’exploitation de carcasses d’animaux.   
Des ossements d'ours dans la grotte d'Azé en Saône-et-Loire / © Damien Boutillet
Des ossements d'ours dans la grotte d'Azé en Saône-et-Loire / © Damien Boutillet

À l’échelle européenne, le développement des Néandertaliens se situe entre -250 000 et -42 000 ans. En Bourgogne-Franche-Comté, de très nombreux gisements sont connus pour cette période : Arcy-sur-Cure (Yonne), Solutré (Saône-et-Loire), l’aven de Romain-la Roche (Doubs), La Baume de Gigny (Jura).

Quatre sites de la région ont livré des fossiles néandertaliens : Arcy-sur-Cure (Yonne), Vergisson (Saône-et-Loire), Genay et Créancey Côte-d’Or).

Les grottes d’Arcy-sur-Cure (Yonne) ont servi de refuge aux hommes préhistoriques pendant près de 100 000 ans. Elles ont livré notamment les plus anciennes parures connues en France. Le site est également célèbre pour ses nombreuses peintures pariétales, dominées par la représentation de mammouths. Ces peintures datées d’environ -30 000 ans font d’Arcy l’une des plus anciennes grottes ornées après la grotte Chauvet.

© France 3 Bourgogne
© France 3 Bourgogne


Solutré, un site connu dans le monde entier

Fréquenté par l’homme depuis - 50 000 ans, le gisement de Solutré, en Saône-et-Loire, est renommé pour avoir livré des milliers d’ossements d’animaux et de nombreux outils. Le site est devenu mondialement célèbre pour avoir été choisi comme site éponyme de la culture solutréenne (-24 à -21 000 ans).

Vers -22 000 ans, outre le site de Solutré, la cachette de Volgu (Saône-et-Loire) est célèbre pour ses très grandes feuilles de laurier. Vers -20 000 ans, une lente amélioration climatique s’accompagne d’une reprise timide du peuplement de la région, comme en témoigne le site de plein air d’Oisy (Nièvre). Plus à l’Est, quelques gisements, comme la grotte de Fretigney (Haute-Saône), témoignent de conditions climatiques encore froides.

Entre -12 000 et -5 300 ans, dans le Jura les hommes vivaient de chasse, de pêche, de cueillette. Des harpons en bois de cerf ( activité de chasse) découverts dans l’abri de Gigot à Bretonvillers (Jura) et des coquilles de noisettes brûlées sur la plupart des sites mésolithiques de l’aire jurassienne comme à Dammartin-Marpain (Jura). 

© France 3 Bourgogne
© France 3 Bourgogne


A partir du Néolithique les formes de l’habitat changent avec le développement d'enceintes fortifiées et l’apparition de villages lacustres. Le Camp de Chassey (Saône-et-Loire) est un village de hauteur fortifié du Ive  millénaire av. J.-C. Aux bords des lacs de Chalain et de Clairvaux (Jura), les vestiges d’une cinquantaine de villages lacustres ont été mis au jour. Inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2011, les deux sites sont reconnus d’importance internationale.

Les sites funéraires se multiplient à partir du néolithique. A Passy (Yonne), des sépultures collectives monumentales apparaissent dès -4 700 ans. La Bourgogne-Franche-Comté compte une petite centaine de dolmens ou coffres funéraires et près de cent cinquante pierres levées ou menhirs. En Bourgogne du Sud, plusieurs menhirs portent des motifs gravés ou en faible relief.

L’exposition “Bourgogne-Franche-Comté, terre de Préhistoire”réalisée par le Département de Saône-et-Loire est présentée au musée de préhistoire de Solutré au sein du Grand Site de France Solutré Pouilly Vergisson, en partenariat et avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne-Franche-Comté, l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) et la Région Bourgogne-Franche-Comté.



Bourgogne-Franche-Comté, terre de Préhistoire
Exposition du 27 septembre 2016 au 1er octobre 2017
Musée de Préhistoire
71960 Solutré-Pouilly
Tél. 03 85 35 85 24












A lire aussi

Sur le même sujet

Littérature jeunesse : et si vous appreniez à compter à vos enfants ?

Les + Lus