Sport : les plateformes de dons pour aider les clubs de sports amateurs

La crise sanitaire a lourdement impacté  les budgets des clubs et associations sportives. La plupart sont encore fermés, et le seront tout l’été. Différentes plateformes permettent de les soutenir. Du don au fond exceptionnel de solidarité, il faut agir vite.
 
Le ministère des sports, la fondation du sport, le comité national olympique et l’agence nationale du sport, en partenariat avec les associations des collectivités locales, lancent le mouvement « soutien ton club ».
Le ministère des sports, la fondation du sport, le comité national olympique et l’agence nationale du sport, en partenariat avec les associations des collectivités locales, lancent le mouvement « soutien ton club ». © France Info

Le sport en club souffre. L’épidémie de coronavirus ne l’a pas épargné. Les acteurs et institutions du sport en France créent un fond de solidarité. Une solution qui permet à chacun d’apporter sa participation.

L’opération « Soutien ton Club » nous invite tous à secourir « un pilier de la société française ». Particuliers et entreprises sont invités à faire un don sur la plateforme. Le minimum est fixé à 50 euros (soit 16 euros après défiscalisation).

Club de sport amateur, centre de formation de club pro et club pro féminin : faites votre choix ! C’est parti, vous avez jusqu’à la fin de l’été. L’intégralité des bénéfices est reversée chaque mois aux clubs. Tous les sports sont présents, des clubs de football de Vesoul ou Besançon, au club Morvan Oxygène qui permet la pratique de l'escalade, de la randonnée ou du VTT dans la Nièvre, en passant par l'association de gymnastique de Pougues-les-Eaux. 

 

Coup de pouce

Le ministère des sports, la fondation du sport, le comité national olympique et l’agence nationale du sport, en partenariat avec les associations des collectivités locales, lancent le mouvement « soutien ton club ». Il  permet aux donateurs de « bénéficier de déductions fiscales selon les dispositions prévues par la loi et ce dans un carde totalement sécurisé ».

La charte prévoit qu’un prélèvement de 10% sur les dons effectués sera redistribué aux clubs les plus en difficultés, sur la base de critères objectifs. L’opération concerne 360 000 associations sportives françaises : « l’ensemble des clubs sportifs constitués en associations affiliées à la fédération agrées », précise le communiqué officiel. L’appel est donc aussi lancé aux 16 millions d’adhérents.

« Tous les gestes peuvent aider. Mais il ne faut pas oublier que les adhérents ont eux aussi perdu de l’argent. Ils ont du mal à vouloir en donner encore »

« Le club joue un rôle social très important et il est vecteur de liens essentiels pour le vivre ensemble », insiste la ministre des sports Roxana Maracineanu. Il est temps de bouger : direction soutienstonclub.fr ! Selon la ministre, 60% des associations sportives ont besoin du soutien du public.

« Tous les gestes peuvent aider. Mais il ne faut pas oublier que les adhérents ont eux aussi perdu de l’argent. Ils ont du mal à vouloir en donner encore », temporise Elyane Ferrien-Chatillon présidente du comité départemental du Tennis de la Nièvre.

 

35 millions d'euros pour le tennis

« Il faut d’abord aider les clubs qui n’arrivent plus à payer leur facture »

Les fédérations sportives s’activent hors terrain. Plan de soutien, plan de relance, fond exceptionnel. Une seule mission : éviter la disparition des clubs amateurs. « Il faut d’abord aider les clubs qui n’arrivent plus à payer leur facture », explique Elyane Ferrien-Chatillon.

La fédération Française de Tennis crée un plan de soutien et de relance de 35 millions d’euros. « L’enveloppe est prévue à la fois pour les professionnels du tennis et pour les amateurs. Les aides sont divisées en deux temps. D’abord l’urgence : les clubs qui menacent de fermer. Ensuite à la rentrée, une deuxième étape pour relancer l’activité et rassurer les adhérents», poursuit la présidente du comité.

 

30 millions d'euros pour le football amateur

Coté ballon rond, la Fédération Française de Football (FFF) annonce un fond exceptionnel de solidarité de 30 millions d’euros pour aider les clubs amateurs. 

« Chaque club est invité à répondre depuis le 5 juin 2020 à un formulaire en ligne sur la plateforme FOOTCLUB, pendant la campagne des licences 2020-2021, pour dire s’il souhaite ou non bénéficier de l’aide du Fonds. L’aide accordée de 10 euros par licencié est ensuite calculée selon le nombre de licenciés total du club au 30 avril 2020 », explique Philip Guyot de Caila, secrétaire général de la Ligue du Football Amateur (LFA), pilote du groupe de travail chargé de l’élaboration de ce fonds de solidarité universel.

Cette aide est versée au club dès le mois de juillet par son District ou sa Ligue sous la mention « Fonds de solidarité national Covid 19 ». La date précise du versement  varie selon les territoires. Les clubs de moins de 100 licenciés bénéficient aussi de ballons. « Un club de 99 licenciés par exemple peut ainsi bénéficier de 990 euros d’aide et de 5 à 8 ballons officiels », détaille Philip Guyot de Caila.

"Même si on sait que notre fédération de football a beaucoup d’argent, cela reste un joli geste vis-à-vis du monde amateur. Après, cela aurait pu être plus." 

Du coté des clubs, si l'enveloppe est la bienvenue, elle est jugée plutôt modeste. "Le calcul est simple, nous avons près de 600 licenciés. Nous allons donc percevoir environ 6000 €" calcule Carl Frascaro, le président du Besançon Football. Cela représente moins de 2% du budget annuel du club (370 000€). "C’est l’équivalent d’un mois de cotisation à la Ligue de Football pour un club comme le nôtre. Alors, je vous avoue que je suis tout de même content de percevoir cette somme. Même si on sait que notre fédération de football a beaucoup d’argent, cela reste un joli geste vis-à-vis du monde amateur. Après, cela aurait pu être plus, mais on espérait pas forcément grand-chose."

La question qui réoccuppe le dirigeant du club : les sponsors. Les entreprises et les collectivités vont-elles maintenir leurs soutiens aux clubs ? "Ce qui nous inquiète plus, c’est pour le reprise de la saison prochaine, nos partenaires vont-ils nous suivre ou devoir d’abord s’occuper de leur propre situation financière ?" 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport solidarité société covid-19 santé football gymnastique vtt judo escrime tennis tennis de table rugby volley-ball basket-ball