Stellantis ex-PSA : une prime d'intéressement de 3000 euros brut versés pour les salariés de Sochaux et de Vesoul

Une prime d'intéressement de 3 000 euros brut pour les salariés de Stellantis en France vient d'annoncer Carlos Tavares, le directeur général de Stellantis, (PSA-Fiat et Chrysler). 430 millions d'euros vont être distribués aux salariés pour leur dire  sa "reconnaissance".

Montbéliard le 14/10/2020 - Des ouvriers travaillent le long de la chaîne de production dans les ateliers de fabrication des Peugeot 308, 3008, 5008 et Opel Grandland X de l'usine de Sochaux du constructeur automobile PSA
Montbéliard le 14/10/2020 - Des ouvriers travaillent le long de la chaîne de production dans les ateliers de fabrication des Peugeot 308, 3008, 5008 et Opel Grandland X de l'usine de Sochaux du constructeur automobile PSA © Lionel VADAM max PPP

Près de 50 000 salariés en France vont toucher une prime d'intéressement de 3000 euros brut au titre de l'exercice 2020. Au total, c'est 430 millions d'euros qui vont être distribués aux salariés. Une annonce faite à nos confreres de France Info par Carlos Tavares, le directeur général de Stellantis, le groupe né de la fusion de PSA et de Fiat Chrysler.

 

"Je veux leur dire toute ma reconnaissance, toute mon admiration, je veux leur dire qu'ils se sont comportés de manière admirable. Carlos Tavares

 

En 2019,  PSA, avait déjà versé une prime d'intéressement à ses salariés. Cette prime  pouvait aller à 4 100 euros bruts pour ceux qui touchaient moins de deux fois le smic par mois. Une belle somme qui s'expliquait par le bénéfice net en hausse de 13,2% en 2019. 

 "Sur les sept dernières années, nous avons atteint l'ordre de 2,7 milliards d'euros de prime d'intéressement et de supplément d'intéressement qui ont été versés à nos salariés. C'est significativement plus que ce que nous avons versé à nos actionnaires."

Carlos Tavares

Les immatriculations de voitures neuves du groupe Stellantis ont diminué en janvier de 25,64% par rapport au même mois de l'année précédente selon les chiffres publiés lundi 1er mars par le Comité des constructeurs français d'automobiles.

PSA a enregistré un chiffre d'affaires en recul de 18,7% en 2020, avec un bénéfice net de deux milliards d'euros, a annoncé mercredi sa
nouvelle-maison mère Stellantis.

Avec un chiffre d'affaires à 60,7 milliards d'euros contre 74 milliards en 2019, et une marge de 6,1%, le groupe a été fortement touché par la baisse des ventes mais a réussi à maintenir ses prix, souligne la direction de Stellantis dans un communiqué.

Des syndicats satisfaits mais ...

Pour les syndicats signataires de l'accord d'intéressement il y a quatre ans, cette annonce est "une bonne surprise" selon Eric Peultier (FO à Sochaux). "C'est un accord qui porte ses fruits" complète le syndicaliste. "Nous sommes globalement contents du résultat" complète Jean-Paul Guy, le représentant de la CFTC du site de Vesoul.

La marge opérationnelle courante pour l'automobile est de 7.1% soit 3.4 milliards d'euros.

En revanche, les représentants des salariés nuancent leurs propos. Eric Peultier insiste sur la necessité de mieux récompenser les heures supplémentaires qui sont actuellement réalisées sur le site de Sochaux en améliorant leurs modalités de paiement. 

Jean-Paul Guy rappelle que 500 salariés du site des pièces détachées à Vesoul ont été en première ligne lors du confinement de mars à mai 2020. "C'est grâce à leurs efforts en période de crise sanitaire" que les résultats opérationnels du groupe ont été bons et émet un "bémol" sur la partie revalorisation de salaires.

Enfin, la CGT qui n'a pas signé l'accord d'interessement, estime que cette année de Carlos Tavares "cache les 12 euros d'augmentation annuelle pour les salaires de 1500 euros net. Les factures, c'est tous les mois" rappelle Jérôme Boussard.

La CGT rappelle que les actionnaires de Stellantis vont se réunir le 8 mars en Assemblée Génale extraordinaire pour se partager l’équivalent de 2,5 milliards d’euros pour sceller leur mariage. Cette fortune doit servir à maintenir à ce qu’aucune usine ne ferme, à ce qu’aucun emploi ne soit supprimé en répartissant le travail et les productions entre tous les salariés et toutes les usines en France comme à l’étranger tout en augmentant les salaires.

Jean-Pierre Mercier, délégué syndical central CGT

Le syndicat est opposé à la politique de primes qu'il estime trop aléatoire. La CGT regrette que les montants de l'augmentation annuelle qu'elle juge trop faible. Les négociations ont abouti à une progression de salaires de 0.4% pour les cadres et 0.8% pour les ouvriers, hors ancienneté et hors promotion soit une augmentation générale de 1.2%

Quant à la prime d'interessement, elle varie de 3000 euros brut à 4285 euros selon les salariés. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
psa économie entreprises