Télévision : l'histoire du viticulteur de Côte-d'Or qui refusait les pesticides bientôt sur vos écrans

Emmanuel Giboulot faisait la une de la presse nationale en 2014. Il refusait alors de traiter sa vigne, malgré un arrêté préfectoral. Six ans plus tard, Fred Testot incarne le viticulteur, dans un téléfilm qui sera diffusé l'année prochaine sur France 2. Le tournage est en cours en Côte-d'Or.

Fred Testot et Patrick Timsit ont rejoint le casting d'un téléfilm qui s'inspire de l'affaire Giboulot.
Fred Testot et Patrick Timsit ont rejoint le casting d'un téléfilm qui s'inspire de l'affaire Giboulot. © Mélissa Genevois - France Televisions
En 2014, Emmanuel Giboulot, viticulteur en Côte-d'Or est condamné à 1 000 euros d'amende pour avoir refusé le traitement chimique de ses vignes contre la flavescence dorée, malgré un arrêté préfectoral. La décision du viticulteur est soutenue par les écologistes mais vivement critiquée par le monde agricole. En novembre de la même année, il était finalement relaxé par la Cour d'appel de Dijon. "C'est une victoire de la mobilisation citoyenne, c'est être un lanceur d'alerte" déclarait le viticulteur. 
 

Un film qui veut relancer le débat sur les pesticides

Six ans plus tard, Emmanuel Giboulot revit cette affaire à travers les caméras. Un téléfilm est en préparation, inspiré de l'affaire. C'est le comédien Fred Testot qui incarne le viticulteur, appelé Gabriel, "condamné à un an de prison avec sursis et 500 euros d'amende pour avoir refusé de déverser des pesticides sur ses vignes, qui menaçaient pour lui la bonne santé de ses cultures." Patrick Timsit fait aussi partie du casting.

Fred Testot avait entendu parler de l'histoire à l'époque et espère que le film "suscitera le débat sur un sujet délicat". 

Mais le comédien tient à préciser : "ce n'est pas un biopic. On raconte une histoire, inspirée de celle-ci. C'est aussi romancé, avec une histoire d'amour autour, d'amis et d'une soeur malade.

Pierre Sportolaro, le producteur du film, avait "la conviction que l'affaire Giboulot allait pouvoir faire un film qui n'était pas à charge. Je ne voulais pas faire un film au vitriole avec d'un côté les chevaux blancs de la culture bio et de l'autre les conventionnels qui auraient été les méchants."
 
Emmanuel Giboulot a assisté au tournage du téléfilm en Côte-d'Or. Le scénario s'inspire de son histoire personnelle : un viticulteur condamné pour avoir refusé de déverser des pesticides sur ses vignes.
Emmanuel Giboulot a assisté au tournage du téléfilm en Côte-d'Or. Le scénario s'inspire de son histoire personnelle : un viticulteur condamné pour avoir refusé de déverser des pesticides sur ses vignes. © Mélissa Genevois - France Televisions
 

Une mise en abyme troublante

Emmanuel Giboulot a assisté au tournage, en Côte-d'Or. "C'est parfois un peu troublant. Dans les dialogues avec Fred Testot, il y a quelques petites choses qui m'ont bouleversé." Même si sa vie est romancée dans le scénario, "sur les fondements, c'est quelque chose que j'ai rencontré." 

Mais le viticulteur l'assure, beaucoup de choses ont changé depuis 2014, "le climat s'est notamment apaisé. Il y a des choses qui ont évolué positivement dans la lutte contre la maladie."

Le reportage de Gabriel Talon, Mélissa Genevois et Laurence Crotet-Beudet
durée de la vidéo: 02 min 01
Viticulture : un symbole sur les écrans
Le téléfilm sera diffusé l'année prochaine sur France 2.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture viticulture agriculture économie environnement