"Intraitable", le téléfilm inspiré par le viticulteur bourguignon Emmanuel Giboulot, est diffusé ce soir sur France 2

Ce lundi 1er mars 2021, sur France 2, Fred Testot prête ses traits au combat du viticulteur beaunois Emmanuel Giboulot. Le téléfilm "Intraitable" est suivi par un débat sur l'utilisation des pesticides. Héros malgré lui, le viticulteur revient sur cette expérience et son ressenti sur le film.

Fred Testot dans le téléfilm "Intraitable" réalisé par Marion Laine
Fred Testot dans le téléfilm "Intraitable" réalisé par Marion Laine © Francetélévisions

Ce soir, un héros bourguignon sera à l'honneur sur France 2. Sur la côte de Beaune comme sur la côte de Nuits, la diffusion du téléfilm "Intraitable" de la réalisatrice Marion Laine est très attendue.

Fred Testot y joue Gabriel Rivalan, un viticulteur qui refuse de se plier aux injonctions d’un arrêté préfectoral qui lui impose de traiter préventivement sa vigne aux pesticides. Ce thriller juridique et écologique est librement inspiré du combat du beaunois Emmanuel Giboulot. 

En 2014, Emmanuel Giboulot avait refusé de traiter ses vignes avec des pesticides et avait écopé d'une amende. L'affaire s'était emballée médiatiquement jusqu'à devenir la fiction diffusée ce lundi 1er mars 2021 à 21h05.

" Je ne tire aucune gloire de ce qu'il s'est passé "

" Quand ils ont eu l'idée du film, le scénariste Didier Vinson et le producteur ont voulu en parler avec moi, ils n'étaient pas obligés de le faire, se souvient Emmanuel Giboulot. " J'ai accepté le projet mais je ne voulais pas que cela soit manichéen, je voulais que cela soit équilibré et que l'on puisse différentes positions. "

Adepte de la biodynamie, il s’oppose en 2014 à l’usage de produits chimiques, qui, selon lui, fragilisent la terre, détruisent les écosystèmes et mettent en péril la santé des hommes. Il devient, malgré lui, un lanceur d'alerte. "Même si cela a fait le tour de la planète, ça reste un petit évènement, tempère Emmanuel Giboulot. Je ne tire aucune gloire de ce qu'il s'est passé. Je fais du bio depuis toujours, mon père en faisait avant moi. Cela fait partie de mon ADN et ça ne s'est pas revélé au moment de cette affaire. " 

Si le film ne sera diffusé que ce lundi 1er mars sur France 2, le vigneron l'a déjà visionné. " Cela me replonge dans les souvenirs de cette période. C'est satisfaisant parce que cela correspondant à ce que j'avais discuté avec les équipes de tournage. La base du film c'est la problématique du traitement de la vigne mais évidemment il y a une toute une partie qui est romancée, notamment sur ma vie privée et des scènes comme la bagarre dans le café ou encore les phares de voiture cassés ". 

 

La soirée se poursuivra avec un débat intitulé "Comment faire sans pesticide ?" animé par Julian Bugier et un documentaire de la collection Infrarouge intitulé "Nourrir les hommes". Le débat a déjà eu lieu. Bien qu'il ne " tire aucune gloire " de son refus de se plier à des injonctions qui lui semblaient injustifiées, Emmanuel Giboulot se félicite que la question se pose aujourd'hui. Dans ce débat comme dans le débat public il faut être constructif, il faut amener tout le monde pour aller vers l'amélioration dans les pratiques face aux maladies de la vigne. Il est aussi important de préparer les générations futures au développement durable dans l'agriculture et la viticulture ".

Un débat de société

La question du bon usage des pesticides fait débat. parmi les professionnels de l'agriculture et de la viticulture, comme dans le grand public. L'acteur Fred Testot a immédiatement été intéressé par ce rôle "en tant que citoyen"

 

Fred Testot dans "Intraitable" de Marion Laine
Fred Testot dans "Intraitable" de Marion Laine © Francetélévisions

Cela fait plaisir de porter un sujet comme ça, de se poser des questions. C'est ce que j'ai aimé dans ce scénario. Ce n'est pas un jugement inspiré de l'histoire d'Emmanuel. C'est une mise en abyme, un constat, sans prendre parti.

Fred Testot, acteur du téléfilm "Intraitable"

 

 

Un tournage en Bourgogne

Le tournage a eu lieu cet automne à Santenay, Beaune et Semur-en-Auxois notamment. Le domaine Chevrot de Cheilly-lès-Maranges, en Saône-et-Loire, a également accueilli l'équipe composé entre autre de Patrick Timsit, de Zineb Triki et d'habitants des villanges alentour. Ses propriétaires, la famille Chevrot se souvienent d'un tournage qui a duré trois semaines : " c'est une superbe expérience. Toutes les équipes ont été très charmantes et c'était vraiment intéressant " s'entousiasme Fernand Chevrot, le père de famille. 

" Les équipes de production sont venus une première fois pour repérer les lieux et prendre quelques photos, explique-t-il. Ils n'ont pas trop voulu nous dire directement de quel film il s'agissait, puisqu'il parait de d'autres domaines avaient refusé auparavant étant donné que l'histoire était assez sensible ". 

Après des discussions avec les équipes de production et notamment des explications sur l'histoire et le scénario, la famille accepte de prêter son domaine et même sa maison. " On a accepté à condition que ça ne soit pas une énième émission à charge contre les sales vignerons qui ont traité en 2013 " explique Pablo Chevrot. 

Il poursuit : " on attend de voir le résultat à la télévision tous ensemble, un peu comme une grande messe cathodique. C'est notre domaine, notre maison, on connait certains des figurants... ça va être une belle fête ! "

 

Fred Testot et Patrick Timsit ont rejoint le casting d'un téléfilm qui s'inspire de l'affaire Giboulot.
Fred Testot et Patrick Timsit ont rejoint le casting d'un téléfilm qui s'inspire de l'affaire Giboulot. © Mélissa Genevois - France Televisions

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie