TEMOIGNAGES Coronavirus covid-19 : les Francs-Comtois parlent de leurs gestes de solidarité

Confinés chez eux, les Francs-Comtois multiplient pourtant les petits gestes de solidarité / © France Franche-Comté / Bruno Massonnet
Confinés chez eux, les Francs-Comtois multiplient pourtant les petits gestes de solidarité / © France Franche-Comté / Bruno Massonnet

Epidémie et coronavirus : et vous, quel geste de solidarité avez-vous ou allez-vous faire pendant cette crise sanitaire ? Nous avons posé la question aux internautes. Leurs réponses traduisent l'angoisse, font aussi du bien au moral, et, au passage, égratignent les autorités.

Par Raoul Advocat

S'il y a bien une action de solidarité qui fait l'unanimité parmi les internautes, c'est celle-là : il faut rester chez soi, pour se protéger, protéger les autres, et aider les personnels soignants ! Extraits :
 
  • Msophie Sophie :  Je reste chez moi c'est la meilleure chose à faire pour aider les soignants et je sais de quoi je parle avec 7 personnes dans ce domaine dans mon entourage. Pour une fois je vous en conjure faites ce que l'on vous dit !
  • Christine Mestik : rester chez moi et appeler mes proches isolés... Étant à risque, c'est tout ce que je peux faire. Et puis alerter les inconscients en relayant les appels FB à la prudence et au respect strict du confinement...
  • Prunelle Tricot : Moi je reste chez moi. Pour préserver les autres.
  • San Drine : Je reste chez moi et j'ai donné quelques masques en début de l'épidemie à qui en voulait.... Rien d'extraordinaire.


Des petits riens qui font du bien au moral


La solidarité prend la forme d'une multitude de petits riens, au service des proches, des voisins, des producteurs locaux. De quoi remonter le moral en cette période angoissante :
 
  • Sandra D'Houtaud : J'ai apporté à manger chez ma maman qui m'a demandé d'aller à la pharmacie et au doc pour sa voisine.
  • Clémence Bressand : J'appelle  des anciens de ma famille et des personnes de mon village. Nous sommes en train de nous organiser pour les aider en leur apportant des courses.
  • Helene Mousty : J’ai aider mes voisins et nous sommes tous à l’écoute les uns des autres dans l’immeuble afin de faciliter ce confinement et aider nos anciens.
  • Annick Bourcet : Rien de bien important : j'ai sonné chez ma voisine pour prendre des nouvelles, et j'ai mis un mot dans la BAL de ma voisine handicapée.
  • Bruyere Eric : La pisciculture à côté de chez moi se retrouve avec plusieurs tonnes de poissons, j'ai appelé tous mes voisins pour un achat groupé de truites. Je fais les courses pour les voisins, le virus ne dois pas passer par moi mais la solidarité oui !

Il y aussi celles et ceux qui donnent un peu de leur temps pour un don du sang : "Donner mon sang c'est hyper important !" (Léa Cabaud).
 

Consignes contradictoires ?

Il faut donc rester chez soi. Mais certains, comme Nathalie Benier, jugent les consignes des autorités insuffisantes et contradictoires :

"Il faudrait déjà que les choses soient claires concernant le travail. Mon conjoint doit reprendre le travail lundi matin (usine de pièces pour l'aéronautique : hyper essentiel non ?), dans la famille d'autres sont obligés de continuer le travail dans une usine qui fabrique de la peinture : hyper important non?) et j'en passe et des meilleures.... Avec deux personnes asthmatiques à la maison est ce raisonnable ?"


Les héros du quotidien


Enfin, impossible de passer à côté de ce message, si modeste en apparence :

"Je continue mon métier d'assistante maternelle, mon fils est ambulancier, l'autre est pompier professionnel et mon mari pompier volontaire" (Ledi Valerie).


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus