• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Un Terrifortain décède lors d'une excursion dans le domaine du Mont-Blanc

Le randonneur serait tombé d'une hauteur de 300 mètres lors de son ascencion du Mont-Blanc / © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Le randonneur serait tombé d'une hauteur de 300 mètres lors de son ascencion du Mont-Blanc / © PHILIPPE DESMAZES / AFP

Un professeur d'EPS, originaire du Territoire de Belfort, a été retrouvé décédé dans le domaine du Mont-Blanc, ce mardi 23 juillet. Parti seul à la conquête du sommet, il serait tombé de près de 300 mètres suite à une erreur de parcours.

Par Antoine Belhassen

Un professeur d'EPS, originaire du Territoire de Belfort et âgé d'une trentaine d'années, était porté disparu depuis le mardi 16 juillet dernier dans le domaine du Mont-Blanc. Le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM) l'a retrouvé décédé, ce mardi 23 juillet.

Cette personne serait partie en solitaire à la conquête du Mont-Blanc mais sans matériel adapté, selon la PGHM. Après un dernier signe de vie à la cabane des Rognes, le randonneur aurait poursuivi son ascencion via un itinéraire non-adapté. C'est au niveau de l'arrête Payot qui mène à l'aiguille du Goûter que le trentenaire aurait fait faux pas et serait tombé d'une hauteur de près de 300 mètres.

Le PGHM a mis en place d'importants moyens pour retrouver sa trace. Une vingtaine de personnes se sont notamment aidées d'un hélicoptère et de chiens pisteurs pour retrouver le défunt à près de 3 500 mètres d'altitude.

Suite à ce drame qui n'était pas arrivé depuis près de deux ans, les membres du Peloton de Gendarmerie de Haute-Montagne tiennent à rappeler que l'ascencion du Mont-Blanc demande des compétences d'alpinisme et qu'il n'est jamais conseillé de s'y engager en solitaire : "La chute y est interdite", avertit le PGHM.

Sur le même sujet

Sécheresse : deux secteurs du canal de Bourgogne fermés à la navigation dès le 26 juillet

Les + Lus