Belfort : Après Amazon, McPhy entreprise spécialisée dans l'hydrogène va s'installer et créer 400 emplois

400 emplois directs pourraient être créés dans le Territoire de Belfort grâce à l’implantation de l'usine de McPhy, dans la ZAC de l’Aéroparc de Fontaine. Cette installation est soumise à la condition de bénéficier d’un financement complémentaire de l’Etat.

Illustration de l'implantation de McPhy dans la ZAC de l’Aéroparc de Fontaine.
Illustration de l'implantation de McPhy dans la ZAC de l’Aéroparc de Fontaine. © Mairie de Belfort

Après Amazon, voici McPhy. La ZAC de l’Aéroparc de Fontaine (90), qui accueille déjà une dizaine d’entreprises dans les secteurs de l’industrie et des transports, pourrait donc accueillir une nouvelle entreprise : McPhy, une usine spécialisée dans les équipements de production et de distribution d’hydrogène. « « Le premier point fort du site de Belfort c’est la tradition industrielle ancienne qui est indispensable dans le projet industriel tel que le nôtre avec des compétences dans la région, comme l’ingénierie électrique, ingénierie mécanique, des savoir-faire dans les constructions industrielles (…) et puis il y a aussi la capacité de former de nouveaux talents grâce à l’UTBM » explique par téléphone Laurent Carme, le directeur général de McPhy. 

500 emplois créés dont 400 dans le Territoire de Belfort

Sur ce projet, le Territoire de Belfort s’était retrouvé en concurrence avec la région des Hauts-de-France et la région Rhône-Alpes. « Nous étions en discussion avec eux depuis près d’un an et j’ai eu la nouvelle hier soir », confirme Damien Meslot, le maire de Belfort. « Nous avons travaillé avec les élus locaux, Marie-Guite Dufay à la grande-région, les services de l’Etat, et je tiens à les remercier. Et puis, il y a aussi l’intervention personnelle du ministre de l’Economie, Bruno Lemaire » précise l'élu.

L’implantation de McPhy sur 20 000m², permettrait la création de plus de 500 emplois, dont environ 400 en France, dans le Territoire de Belfort, selon Damien Meslot, et une centaine en Allemagne et en Italie. S’y ajouteraient aussi plusieurs centaines d’emplois indirects en France et en Europe.

McPhy, pionner dans l’hydrogène

McPhy a été créée en 2008. Son siège social se situe dans la Drôme. L’entreprise est spécialisée dans la production et le stockage d'hydrogène. Elle produit, installe et procède à la maintenance des électrolyseurs. Pionnier de l’hydrogène, McPhy accompagne la transition énergétique des plus grands donneurs d’ordre de l’industrie, des transports et de l’énergie pour leur apporter des solutions hydrogène zéro-carbone. Elle possède cinq centres de développement en France, en Italie et en Allemagne. "La future usine de McPhy à Belfort aura pour vocation de jouer un rôle majeur dans le passage à l'échelle industrielle de l'électrolyse", avancé dans un communiqué Pascal Mauberger, le président de cette entreprise.

Pourquoi le site de Belfort ?

La ZAC de Fontaine est située à proximité immédiate de l’autoroute A36, de la gare TGV et à 30 minutes de l’aéroport Bâle-Mulhouse. « Nous avions aussi du terrain disponible et nous avons mis en avant nos atouts : la qualité des laboratoires de recherche, l’écosystème autour de l’hydrogène avec de nombreuses start-up, la main d’œuvre qualifiée et nous pouvions aussi répondre aux conditions d’accueil pour leurs cadres et les salariés » détaille le maire de Belfort Damien Meslot. « Quand je suis arrivé il y a sept ans, je voulais diversifier le Territoire de Belfort pour qu’il soit moins dépendant d’Alstom grâce à l’hydrogène et la logistique et nous avons réussi » assure le maire et président de l'agglomération.

De son côté, McPhy a présélectionné le site de Belfort pour sa capacité à répondre aux problématiques posées par le passage à l’échelle industrielle des électrolyseurs : « la recherche et le développement dédiées à l’innovation et à l’hydrogène, l’existence de partenaires potentiels au sein de la filière, le bassin d’emplois industriels, l’environnement attractif, la localisation géographique au sein d’un carrefour de l’Europe, facilitant les interactions avec les autres sites McPhy, mais également les activités d’approvisionnement et livraison » précise l’entreprise dans son communiqué.

Laurent Carme, directeur de McPhy

Belfort, vitrine de l'hydrogène

Belfort souffre depuis plusieurs années des restructurations successives des deux piliers de l'industrie locale que sont General Electric et Alstom, avec plus d'un millier d'emplois détruits au gré des fusions d'activités et de projets de diversification mis à mal par la crise sanitaire. L'hydrogène est du coup présenté depuis quelques mois comme une planche de salut pour l'industrie locale, ce secteur jugé d'avenir par le gouvernement français pouvant être un dénominateur commun aux deux filières locales de la mobilité et de l'énergie. "On pense que l'implantation de McPhy va attirer un certain nombre d'entreprises qui tournent autour de l'hydrogène" et "en faire une vitrine", espère Damien Meslot.

Si le choix de Belfort n'en est encore qu'au stade "des annonces", c'est néanmoins "de très bon augure " estime pour sa part, Philippe Petitcolin porte-parole de l'intersyndicale de GE Belfort et président d'Apsiis, une association créée pour susciter la création d'entreprises et le développement de projets dans l'ingénierie de l'énergie à Belfort, " car, avec le principal donneur d'ordre, General Electric, qui se désengage, la présence de nouveaux acteurs va permettre de reconstruire un écosystème autour de l'énergie décarbonée, dont l'hydrogène est partie prenante. C'est l'avantage concurrentiel qu'on avait par rapport aux autres régions, je pense que cela a dû peser dans la balance ".

Pour aider McPhy a concrétiser son projet, la région Bourgogne-Franche-Comté " va mettre presque 100 millions d'euros sur la filière hydrogène et McPhy bénéficiera aussi de différents dispositifs de la région ", a promis le conseiller régional Arnaud Marthey (PS).

Une installation qui reste à confirmer d'ici fin 2021

La confirmation de cette présélection et la décision finale d’investissement par McPhy devraient intervenir d’ici fin 2021 après la finalisation des études préliminaires, l’obtention des autorisations administratives, et sous réserve notamment de l’obtention des financements nécessaires, dont ceux sollicités dans le cadre du processus IPCEI, Projet Important d’Intérêt Européen Commun. 

L’objectif est de débuter la production au cours du 1er semestre 2024 avec une montée en charge progressive jusqu’à atteindre une capacité de 1 GW par an. La construction de cette nouvelle infrastructure industrielle représenterait un investissement de 30 à 40 M€.

Des créations d'emplois à venir saluées par la classe politique

Après l’annonce de l’arrivée de McPhy dans la ZAC de Fontaine, les réactions politiques n'ont pas tarder. Christophe Grudler, député européen du Modem, écrit sur sa page Facebook que « c’est une très bonne nouvelle pour le Territoire et ses habitants, pour ses savoir-faire industriels dans l’énergie ».

Le sénateur du Territoire de Belfort, Cédric Perrin, souligne lui-aussi l'excellente nouvelle dans un communiqué. « Ce choix témoigne de l’attractivité du Territoire de Belfort, qui réussit à attirer des acteurs majeurs de l’hydrogène, énergie désormais incontournable de la transition énergétique et de la lutte contre le réchauffement climatique. En devenant un haut-lieu de l’hydrogène, le Territoire mise sur l’avenir en assurant la création de plusieurs centaines d’emplois et poursuit
son développement industriel ! Il ressort également de cette décision l’important travail engagé par les services et les élus du Grand Belfort pour développer des activité stratégiques pour notre département et soucieuse de la préservation de l’environnement. Ils attirent des entreprises qui font l’avenir et qui consolident nos emplois »
.

Sur le site de McPhy, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, qui s’est pleinement investit dans l’implantation de l'entreprise se « félicite de cette annonce ». « Le choix de Belfort conforte l’écosystème de la Vallée de l’Energie et illustre pleinement l’attractivité pour les porteurs de projets du Nord Franche-Comté. Il témoigne également de notre engagement, aux côtés de la filière, pour la diversification de l’activité du territoire et pour le conforter comme un des pôles européens en matière d’ingénierie de la transition énergétique. »

Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée chargée de l’Industrie témoigne elle de l’importance de se mobiliser sur la filière hydrogène : « La décision du Conseil d’Administration de McPhy est un nouveau témoignage de l’émergence d’une véritable filière française de l’hydrogène qui maîtrise toutes les briques technologiques pour produire et utiliser de l’hydrogène bas carbone. Cette approche, qui vise à conforter notre résilience énergétique et économique, mobilise tous nos savoir-faire en matière d’ingénierie de l’énergie. Nous allons poursuivre cet effort et veiller à ce que le développement des usages de l’hydrogène décarboné et l’industrialisation des offres progressent de concert. »

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie emploi social entreprises