Belfort Eurockéennes 2021 : "Cette édition avait de la gueule" selon Jean-Paul Roland, son directeur

Les Eurockéennes, formule "En résidence secondaire" à cause de la crise sanitaire, se sont achevées hier soir. 6000 festivaliers sur 5 jours au lieu des 135 000 lors de la dernière édition, en 2019, mais un nouveau concept pas du tout inintéressant !
La scène sur l'eau du festival "En résidence secondaire", par Les Eurockéennes de Belfort.
La scène sur l'eau du festival "En résidence secondaire", par Les Eurockéennes de Belfort. © Pascal Sulocha - France 3 Franche-Comté

L'édition de cette année n'aura pas été un "sous-festival" ou des "Eurockéennes au rabais" ! C'était une autre formule, avec des décors originaux et inédits sur le Malsaucy, comme une scène au-dessus de l'eau. L'accent a été mis sur de la cuisine haut de gamme et avec, quand même, de la bonne musique !

Déjà, la formule a dû être mise au point dans l'urgence. Annonces du président de la République le 29 avril et premiers repérages le 8 mai sur le site. Jean-Paul Roland, le directeur des Eurock', souligne : "Le projet est né de la participation de tous, dans une forme beaucoup plus collaborative que d'habitude." Résultats : 5 jours de concerts, 2 scènes, l'une en live, l'autre avec des DJ, des décors fastueux, de la nourriture grande classe...

Une édition 2021 pas... comme les autres !

Premier jour sans pass sanitaire, les 4 jours suivants avec... Faut s'adapter ! Le directeur reconnaît : "C'était un peu lourd. Pour les spectateurs et pour nous. Seulement 87 personnes, sur les 5000 billets déjà vendus, ont préféré être remboursés. On a eu quelques litiges avec le pass sanitaire, des problèmes de QR Code, ce genre de chose, notamment avec quelques étrangers comme des Américains ou des Italiens, entre 50 et 200 litiges par jour. Heureusement, une association de sécurité civile nous a aidés et on faisait passer des tests Covid en cas de besoin. Aucun cas n'a été positif."

Avantage du pass sanitaire : augmenter la fameuse jauge ! Normalement, 1000 spectateurs par jour étaient acceptés au maximum. Là, avec le précieux sésame, la jauge a pu passer à 1300 personnes. Résultat : 6000 personnes, au lieu des 5000 annoncées, sur les 5 jours du festival. Et un look différent pour les festivaliers made in 2021, selon Jean-Paul Roland : "C'était étonnant. D'habitude, les Eurockéennes, c'est un festival de braves. On a soit la poussière soit la boue. Cette année, les gens étaient habillés comme s'ils allaient en night-club ! D'ailleurs, on a vu que les gens avaient vraiment envie de danser !"

Au programme, de la musique forcément mais avec une affiche moins exceptionnelle que les éditions précédentes. Là aussi, les festivaliers ont eu du plaisir à entendre "Skip in the Use", "Billi X" ou encore "Inspecteur Clouzot" qui a même été accompagné à la batterie par le chef Etchebest !

La formule a tellement plu qu'elle pourrait même être reconduite. Pas à la place, en plus des Eurockéennes habituelles !

Chose encore plus étonnante : l'équilibre financier a été atteint. Budget cette année : 600 000 euros, au lieu des 9 millions habituels mais les collectivités locales et les mécènes et autres sponsors ont joué le jeu ! La région de Bourgogne - Franche-Comté et le département du Territoire de Belfort assurent toujours 30 % du budget, mécènes et sponsors, 40 %. Les festivaliers avec leurs billets et leurs consommations sur place ont financé 15 % et encore 15 % du coût total.

Les Eurockéennes 2021 étaient très observées par les professionnels du spectacle vivant. Pari réussi donc, mais Jean-Paul Roland avoue qu'il attend 2022 avec impatience. Ce sera les 1, 2, 3 et 4 juillet 2022. Enfin... si tout va bien !

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
eurockéennes culture musique