Belfort : de rares clients, des établissements encore fermés, une réouverture timide des restaurants

Depuis ce mardi 2 juin, après plus de deux mois d'arrêt, les restaurants et cafés sont de nouveau autorisés à accueillir les clients. Mais au centre-ville de Belfort, peu d'enseignes ont décidé d'ouvrir ce midi. Quant aux clients, ils étaient eux aussi bien rares à venir manger en terrasse.

Place d'armes, les terrasses étaient bien vides ce mardi midi, jour de la réouverture des cafés et restaurants
Place d'armes, les terrasses étaient bien vides ce mardi midi, jour de la réouverture des cafés et restaurants © M. Meuneveaux
Ce devait être une libération, mais c'est plutôt un redémarrage en douceur...

Sur la place d'armes, la principale place du centre-ville de Belfort, les terrasses sont relativement vides. Certains restaurants n'ont même pas sorti la leur. C'est le cas des "Trois maillets", enseigne emblématique de la place. "C'était difficile de fermer, mais c'est encore plus dur de réouvrir", explique Aurélie Jeangérard, la co-gérante.

Manque de temps pour s'organiser

Ce mardi, la famille Jeangérard n'a pas souhaité rouvrir son restaurant, qui va bientôt changer de propriétaire.
Ce mardi, la famille Jeangérard n'a pas souhaité rouvrir son restaurant, qui va bientôt changer de propriétaire. © M. Meuneveuax


En cause: le manque de temps pour s'organiser, et des mesures jugées très contraignantes. "Il faut un mètre de distance entre les tables, donc il faudrait investir dans des claustras en pexiglas, ou alors enlever quasiment la moitié des tables à l'intérieur... Dans ces conditions, on préfère attendre un peu avant d'ouvrir, peut-être d'ici la fin de semaine". D'autant que l'établissement devrait bientôt changer de propriétaires. 

Même son de cloche à l'hôtel-restaurant Saint-Christophe, situé de l'autre côté de la place. Ici, seul le bar est ouvert. Pour pouvoir manger, il faudra attendre mercredi. " Compte-tenu du lundi férié de la Pentecôte, on n'avait que le vendredi pour se préparer, c'était trop court. En plus, les grossistes n'avaient pas forcément les produits dont nous avions besoin", explique l'une des responsables.

Plus d'espace, moins de couverts

Mètre à la main, Christian Greffier mesure l'espace entre les tables de son restaurant "La Fontaine des saveurs".
Mètre à la main, Christian Greffier mesure l'espace entre les tables de son restaurant "La Fontaine des saveurs". © M. Meuneveaux


D'autres s'interrogent encore, à l'image de Christian Greffier, le jeune chef de La Fontaine des saveurs, situé Place de la Grande Fontaine. Mètre à la main, il mesure la distance prévue entre ses tables, sceptique. "Je préfère ne pas mettre de claustras de séparation, car ma salle est déjà petite. Je vais espacer mes tables, mais cela va me faire perdre 1/3 de mes couverts", soupire le jeune homme.

"On est en négociation avec la mairie pour pouvoir agrandir notre terrasse. J'espère qu'ils feront un geste, pour pouvoir rattrapper un peu la perte sur le chiffre d'affaires. Je suis assez angoissé car j'ai du reprendre un prêt à cause de l'épidémie" explique le cuisinier, qui emploie un serveur et un employé en cuisine. 
 

Masques et désinfection

 
Dans leur restaurant japonais, Cécile et Namhui mettent à disposition du gel hydroalcoolique pour leurs clients.
Dans leur restaurant japonais, Cécile et Namhui mettent à disposition du gel hydroalcoolique pour leurs clients. © M. Meuneveaux

Un peu plus loin, on s'est déjà organisé. Cécile et Namhui Yan vont rouvrir leur restaurant japonais dès ce soir. "On a espacé les tables, on met à disposition du gel hydroalcoolique pour les clients, et on portera des masques pour cuisiner et servir" explique le couple, qui a repris l'enseigne en 2013. De plus, tous les pots de sauce soja mis à disposition seront désinfectés après utilisation". 
 
Les petits pots de sauce soja seront désinfectés après utilisation.
Les petits pots de sauce soja seront désinfectés après utilisation. © M. Meuneveaux

Même si le couple a du réduire son nombre de tables, il se dit tout de même soulagé de voir les commerces rouvrir. "Après plus de 2 mois de confinement, ça fait du bien au moral!"
 

Dans les restaurants ouverts, peu de clients

Le restaurant "Aux 2 coqs" est l'un des rares à avoir rouvert dès ce midi. "On s'attendant à avoir un peu plus de monde pour la réouverture", remarque Laëtitia Trépagne, la gérante.
Le restaurant "Aux 2 coqs" est l'un des rares à avoir rouvert dès ce midi. "On s'attendant à avoir un peu plus de monde pour la réouverture", remarque Laëtitia Trépagne, la gérante. © M. Meuneveaux


Un peu plus loin se trouve l'une des rares enseignes à avoir rouvert dès ce midi. Les deux coqs, situé place de l'étuve. Pourtant, il n'y a pas foule. Personne en salle, et seulement cinq clients attablés en terrasse. "C'est vrai qu'on est un peu déçus. on espérait avoir un peu plus de monde, surtout que beaucoup d'autres restaurants sont fermés", constate  Laëtitia Trepagne, la gérante.  "Mais il faut voir le positif : ça nous permet de relancer la machine, et de prendre nos repères".

En cuisine, Nicolita, le chef d'origine italienne, cuisine masque sur le nez. "C'est un peu gênant, mais on s'habitue", s'amuse-t-il tout en finissant la préparation de deux salades composées. 
 
En cuisine, le chef Corciova Nicolita porte un masque par mesure de protection.
En cuisine, le chef Corciova Nicolita porte un masque par mesure de protection. © M. Meuneveaux


Même les clients sont surpris par la faible fréquentation. " On est venus soutenir les commerces et les restaurants qu'on aime bien. On s'attendait à voir beaucoup plus de monde, surtout en terrasse avec le soleil... Mais bon, l'avantage, c'est qu'on est à l'aise pour manger! " sourit une cliente. 

"Par contre, après deux mois de confinement, je trouve que les plats n'ont jamais été aussi bons!, assure un autre client. De quoi redonner un peu le moral aux restaurateurs! 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gastronomie culture économie coronavirus santé société déconfinement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter