Coronavirus Covid-19 : "Je suis émue de te revoir, un mois déjà", Rolande, 88 ans retrouve enfin sa fille

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Courageot

Maintenir la santé mentale des résidents tout en les préservant de l'épidémie de Covid-19. Au centre de long séjour de Bavilliers près de Belfort, un résident par jour peut apercevoir sa famille un petit moment. Des rendez-vous au jardin ont été mis en place.

Elles ne sont pas vues depuis un mois. Plus de 30 jours à s'appeler au téléphone, se voir par Skype. Mais cela ne vaut pas le contact visuel.

Ce mercredi 14 avril, le temps était beau mais frais. Un plaid sur les jambes. Un joli foulard pour se protéger de la fraîcheur, dans son fauteuil roulant, Rolande a enfin l'autorisation de se rendre à l'arrière du bâtiment.


"Oh, ça fait tout drôle de te voir, je suis émue, un mois déjà"


Pour Rolande, voir sa fille est un vrai bonheur. Cette dernière lui rend visite normalement deux fois par semaine. Dans cet établissement de 446 résidents, depuis une semaine, l'équipe propose à certains de ses résidents cette petite escapade et 20 à 30 minutes précieuses de retrouvailles. Un dispositif qui se fait au cas par cas. "Tous les résidents ne peuvent pas venir là, comprendre les mesures de sécurité, respecter les mesures barrière, comprendre qu'ils ne vont pas pouvoir toucher leurs proches, qu'ils ne vont pas pouvoir leur faire un bisou" explique Marlène Téchère, directrice du CHSLD Le Chênois. C'est l'équipe d'animation, les soignants, les médecins qui déterminent qui peut bénéficier du rendez-vous au jardin du jour. Jusqu'au dernier moment, selon la météo, la rencontre peut être annulée.

 


Pour Evelyne Bouteiller Badin, la fille de Rolande cette rencontre est très appréciée : "C'est vrai que ça fait drôle, mais c'est bien" dit-elle.

Quelques conversations entre mère et fille devant l'établissement. Un bisou qu'on s'échange à distance. Et le confinement reprend ses droits. Depuis le 9 mars, cet établissement est confiné. Les résidents restent dans leur chambre y compris pour les repas. Il a fallu réorganiser la vie du lieu, les animations, et mettre en place une unité pour isoler et prendre en charge depuis deux semaines les personnes porteuses du Covid-19.
 
Coronavirus : retrouvailles devant un Ehpad confiné entre une résidente et sa fille

Dès le 20 avril, cet établissement recevra aussi l'aide des pompiers et le protection civile pour emmener certains résidents faire quelques balades. Résidents et ensemble du personnel seront rapidement tous testés dans cet établissement pour savoir s'ils sont porteurs ou immunisés du Covid-19.