Eurockéennes : plus haut, plus fort, 135.000 festivaliers nouveau record de fréquentation

© SEBASTIEN BOZON - AFP
© SEBASTIEN BOZON - AFP

La 30 édition des Eurocks de Belfort s’achève. Matthieu Pigasse annonce un festival à 4 jours l’an prochain. Il est revenu sur la polémique du coût de la sécurité.

Par Sophie Courageot

Les 31e Eurocks dureront quatre jours. Le bilan de l’édition 2018 est bon pour Matthieu Pigasse président du festival.

« On est encore plus fort, encore plus beau, encore plus haut » a-t-il déclaré lors de la conférence de presse de bilan.

On a voulu une programmation de la 30 édition la plus large possible avec du rap, de l’électro, du punk, du hip hop, de la chanson française. Résultat, le public est très large et divers et de toutes générations, c’est ce qu’on voulait a-t-il confié.
 
Matthieu Pigasse, président des Eurockéennes de Belfort / © France 3 Franche-Comté : Sophie Courageot
Matthieu Pigasse, président des Eurockéennes de Belfort / © France 3 Franche-Comté : Sophie Courageot


Le président des Eurocks est revenu sur la polémique entre le festival et l’Etat sur le coût de la sécurité. La Préfète Sophie Elizeon du Territoire de Belfort a annoncé qu’il n’est pas question de facturer aux Eurockéennes la totalité de la somme engagée par l’Etat (254.000 euros) pour les services de gendarmerie, policiers, militaires, samu et pompiers présents au festival. Des discussions sont en cours avec le festival pour un montant de 80.000 euros correspondant au coût des gendarmes présents sur et autour du festival. 

Mercredi, les organisateurs des Eurockéennes avaient dénoncé une augmentation "exubérante" des frais de sécurité, que leur avait imposée la préfecture du Territoire de Belfort, avec une facture passée de 30.000 euros l'an dernier à 254.000 euros cette année. Une hausse de 800 %.


Les frais facturés aux festivals par les préfectures, au nom des mesures de sécurité ne doivent pas plomber leurs finances, ont rappelé vendredi le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb et son homologue à la Culture Françoise Nyssen. Aux Eurockéennes, le débat et donc en cours avec l’Etat. Matthieu Pigasse souhaite que l’Etat applique avec discernement cette facturation des frais de sécurité.
 
© France 3 Franche-Comté : Sophie Courageot
© France 3 Franche-Comté : Sophie Courageot

L’économie des festivals est une économie fragile


Pour Matthieu Pigasse, Territoire de musiques qui gère les Eurockéennes de Belfort n’est pas une association à but lucratif car notre gestion ne l’est pas…..Nous remplissons également des missions de service public avec du social, de l’accessibilité pour les handicapés, des messages environnementaux »  a-t-il précisé. « La musique porte un message dans un monde fracturé, ce serait dommage de perdre notre voix" a-t-il conclu rappelant la fragilité financière des festivals en raison de la hausse du prix des cachets, la concurrence et la question des coûts de la sécurité.
 

Fleur Pellerin entre au Conseil d'administration des Eurocks 


Matthieu Pigasse a annoncé également l'élection de l'ancienne ministre de la Culture au sein du CA des Eurockéennes. "Elle nous rejoint avec son expérience et sa pratique dans le domaine culturel, Fleur Pellerin est déjà venue plusieurs fois aux Eurockéennes" explique Matthieu Pigasse. 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Gueugnon : l’usine Aperam mise en demeure pour des rejets polluants illégaux

Les + Lus