• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Eurockéennes 2018 : pourquoi le festival devient-il de plus en plus rap ?

Damso aux Eurockéennes / © Sébastien Bozon - AFP
Damso aux Eurockéennes / © Sébastien Bozon - AFP

Bigflo & Oli, Orelsan, Damso, Macklemore et Rick Ross en têtes d'affiche: les stars du rap se taillent la part du lion jusqu'à dimanche aux Eurocks de Belfort.

Par S.C avec AFP

Bigflo & Oli, Orelsan, Damso, Macklemore et Rick Ross en têtes d'affiche: les stars du rap se taillent la part du lion jusqu'à dimanche aux Eurockéennes de Belfort, qui fêtent cette année leurs 30 ans, et le public répond présent.

"On a toujours su que le rap prendrait le relais à un moment (...) Ce relais, il a commencé à s'opérer il y a quelques années, mais on le voit désormais clairement dans la vente de billets", explique Vivien Bècle, l'un des trois programmateurs des Eurocks'.

Jeudi, le show bien huilé du rappeur américain Macklemore enflammait la foule, toujours en mouvement et qui improvisait des choeurs nourris, jusqu'à deux heures du matin, malgré la pluie diluvienne.
Outre les superstars attendues, les valeurs montantes Bigflo & Oli, la découverte américaine Goldlink ou le phénomène indonésien Rich Brian ont fait vibrer les festivaliers. "La journée a été très, très rap, mais il y a un vrai public qui ne vient que pour ça", justifie Vivien Bècle.

Dès le coup d'envoi, note-t-il, le festival affichait complet pour sa première journée avec plus de 30.000 entrées.

Samedi, sur les pelouses de la presqu'île du Malsaucy, Moha La Squale, le Belge Damso, ou encore l'Américain bling-bling Rick Ross étaient à l'affiche.

L'effet Booba aux Eurocks


 "Les shows rap se sont étoffés. Booba, qui était un peu vu comme une incongruité dans la programmation l'année dernière, a cartonné... C'est le jour où on a eu le plus de monde", explique Jean-Paul Roland, directeur du festival.

Les Eurockéennes ont d'ailleurs toujours été une terre de spectacles pour le hip-hop: MC Solaar en 1992, Public Enemy en 1995, NTM en 1996 et 1998...

Le public des Eurockéennes, un des plus importants festivals de France, s'est renouvelé à 40% en 2017 avec de nouveaux festivaliers qui plébiscitent le rap, selon une étude communiquée en mai par un chercheur du CNRS. 

"C'est le genre musical le plus écouté dans le monde: les gens dansent, connaissent les paroles par coeur. Cela donne un esprit ultra-convivial", explique Vivien Bècle.

 "On essaye toujours de proposer aux festivaliers le rap de demain", explique Vivien Bècle, ajoutant: "Il y a tellement de rappeurs... déjà incontournables aujourd'hui !".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Charny-Orée-de-Puisaye : bilan trois ans après sa création

Les + Lus