• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Francs-Comtois d'ailleurs : Magali, belfortaine expatriée, nous livre une autre image du Mexique

Magali Bron entourée de ses enfants et de son compagnon, pendant la fête nationale mexicaine du 16 septembre. / © Magali Bron
Magali Bron entourée de ses enfants et de son compagnon, pendant la fête nationale mexicaine du 16 septembre. / © Magali Bron

En 2018, France 3 Franche-Comté vous propose de faire la connaissance de Francs-Comtois d'ailleurs. lls ont décidé de s'éloigner de leur terre natale pour vivre des aventures hors du commun. Découvrez l'histoire de Magali, notre Franc-Comtoise expatriée au Mexique.  

Par Sarah Rebouh

Enseignant, cuisinier ou encore entrepreneur... Ils n'ont pas hésité à tout quitter pour vivre leurs rêves. C'est le cas de Magali, Franc-Comtoise de 39 ans, installée au Mexique depuis 2010, en compagnie de son conjoint et de ses deux enfants. Magali est originaire de Belfort. Après une licence de droit à Besançon, puis un diplôme passé à l'IUFM d'Epinal, elle a occupé le poste de professeure des écoles dans le Territoire de Belfort durant plusieurs années avant de s'envoler vers des contrées plus lointaines.

La famille vit à Querétaro, ville de 2 millions d'habitants située dans le centre du Mexique. Magali semble y être comme un poisson dans l'eau, au coeur d'une "ville moyenne" située à 1800 mètres d'altitude. "La ville est considérée comme des plus « tranquilles » d’un point de vue sécuritaire. C’est une ancienne ville coloniale espagnole, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, vraiment magnifique tant sur le plan culturel qu'architectural" nous explique Magali. 
 


"Toutes les occasions sont bonnes"


Ce que Magali aime au Mexique, c'est l'ambiance et les fêtes multiples. Oui parce qu'ici, "toutes les occasions sont bonnes" nous dit la jeune femme. "Mes 2 moments préférés de l’année sont : - le 16 septembre pour la fête d’indépendance. Les Mexicains sont très patriotiques et fiers de leur pays, c’est vraiment un moment très festif. - La fête des morts (2, 4 novembre), ce qui correspond à notre Toussaint, mais ici c’est quelque chose de très joyeux, de respectueux.. Tout est très coloré, décoré de couleurs vives."

Pour s'intégrer à son nouveau pays d'accueil, Magali s'est investie dans la vie associative de sa ville, "que ce soit via l’école ou les association de quartier, d’aide aux plus démunis.. mais pas uniquement…". Cette dernière est également présidente, depuis 5 ans, du Centre Francophone de Querétaro, association qui aide les nouveaux arrivants et promeut les activités culturelles entre Francophones et Mexicains. Une belle manière de prendre part à la vie de la cité et de se faire des amis locaux, une fois l'espagnol, langue natale des Mexicains adoptée. D'ailleurs, de nombreux Mexicains adorent la France, selon les dires de la Franc-Comtoise : "Malheureusement, avec une image un peu erronée, du chic, romantisme de Paris… On voit la tour Eiffel absolument partout."
 
L'équipe du Centre Francophone de Querétaro devant los Arcos lors du Festival des communautés étrangères de Querétaro 2018. / © Magali Bron
L'équipe du Centre Francophone de Querétaro devant los Arcos lors du Festival des communautés étrangères de Querétaro 2018. / © Magali Bron

Malgré ce qu'on peut penser, le Mexique n'est pas le paradis des petits prix. Certains produits de base coûte évidemment moins cher, mais lorsqu'on souhaite garder un confort de vie à la française, la note grimpe. "On pense à tort que la vie est beaucoup moins chère ici. C’est vrai que c’est le cas pour les loyers et les produits locaux (entres autres, les fruits et légumes) mais pour tout ce qui est moyens de communications, produits manufacturés importés ce n’est pas le cas. Les services publics n’offrent pas de très bons services, on a recours aux écoles et hôpitaux privés et c’est très onéreux. Ce n’est pas non plus un eldorado" énumère Magali.
 

Un pays pas si dangereux

 
Plaza de armas, Querétaro altar del día de muertos , octubre 2015. / © Magali Bron
Plaza de armas, Querétaro altar del día de muertos , octubre 2015. / © Magali Bron

Concernant la situation au Mexique, notamment la criminalité, Magali tient à rétablir quelques vérités. "L’image du Mexique que nous transmettent les médias français ne correspond en rien à mon quotidien depuis 8 ans. Je ne suis pas en train de dire que les narcos, la corruption n’existent pas (malheureusement) mais les règlement de comptes se passent surtout entre eux. Si on ne fricote pas dans le milieu narco, politique ou journalistique (double malheureusement) on a peu de risque d’être concerné. Après, bien sur le risque zéro n’existe pas, mais clairement je me sentais beaucoup plus en insécurité dans le bus le soir en ville en France qu’au Mexique…" confie la Belfortaine.

À la traditionnelle question, qu'est-ce qui te manque le plus quand on te parle de Franche-Comté ?, Magali fait l'exception... ou presque. Ce qui lui manque, c'est la nature, "Le vert !!!!", mille fois le vert, les forêts, les champs, les fleurs, les champignons..." et, on y a presque cru, mais le fromage n'est jamais loin de l'esprit du Franc-Comtois... "le fromage et surtout la Cancoillote !!". 
 
Nopal, Parque ecologíco La Joya, Estado de Querétaro. / © Magali Bron
Nopal, Parque ecologíco La Joya, Estado de Querétaro. / © Magali Bron

Les anecdotes mexicaines de Magali : 

► Penser à secouer ses chaussures avant de les mettre pour s’assurer qu’il n’y ait pas de scorpions (alacrán).
► Ne jamais demander à un Mexicain si un plat pique ou pas, car il dira toujours que non... Il faut juste demander s’il contient du piment ou non ( ¿Tiene Chile ?)
 

Vous êtes franc-comtois et vivez à l'étranger ? Vous souhaitez nous raconter votre histoire et faire partie de notre série "Francs-Comtois d'ailleurs" ? Écrivez à sarah.rebouh[@]francetv.fr.


► Lire tous nos articles sur les Francs-Comtois d'ailleurs
 

Sur le même sujet

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus