Soutien à General Electric à Belfort : la CGT décide de quitter la manifestation

Ce samedi après-midi, Belfort s'animait à l'occasion d'une grande manifestation de soutien aux salariés de General Electric, au coeur de négociations concernant l'avenir de leurs emplois. Environ 2500 personnes ont fait le déplacement, sous la pluie. Détails.

Par France 3 Franche-Comté

De nombreux élus politiques de tous bords avaient appelé à converger vers la cité au lion ce samedi après-midi. Malgré la pluie et l'humidité ambiante, les forces vives de General Electric avaient l'intention de démontrer une fois de plus que leurs soutiens sont nombreux et qu'ils ne faiblissent pas, malgré l'approche de la date fatidique du 21 octobre. 
 

Vendredi 18 octobre et ce samedi 19 au matin, des tables rondes et des conférences ont lieu à la Maison du Peuple dans le cadre des "assises de l'industrie et de l'énergie". Ces deux jours ont été organisés par l'association baptisée "Pour l'avenir industriel du territoire", qui regroupe deux syndicats, la CFE-CGC et Sud, des élus qui représentent la ville, le département, la région, des représentants de partis politiques ainsi que des professionnels de l'économie (en savoir plus).

Environ 2 500 personnes se sont rassemblées à 14h. C'est évidemment moins que lors du dernier rassemblement en juin dernier. Le pluie et le temps maussade mais aussi les désaccords entre les différents syndicats y sont sûrement pour quelque chose. Quelques minutes après le top départ du cortège, la CGT a décidé de quitter la manifestation pour protester contre le nouveau plan de la direction. De "vives tensions contre la CFECGC Et Sud qui sont favorables à l’accord négocié qui doit permettre de sauver 300 emplois. Les salariés devront voter lundi à 10h30, en assemblée générale" nous a précisé notre journaliste Maxime Meuneveaux, présent sur place pour France 3 Franche-Comte.
 


Les salariés doivent se prononcer lundi sur deux nouvelles options de plan social proposées par la direction: l'une réduisant de 111 postes l'objectif initial de 792 suppressions de postes, l'autre le réduisant de 307 postes, mais en contrepartie d'un "plan de réduction de coûts et d'amélioration de la performance du site".

Si les salariés repoussent lundi la seconde option, la direction prévient qu'elle soumettrait la première le 21 octobre à la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte). La direction a appelé également les salariés à "lever au plus vite" les blocages des sites de Belfort et Bourogne" (Territoire-de-Belfort), à l'arrêt depuis une dizaine de jours.


Une délégation reçue en préfecture


En juin dernier, entre 5 000 et 8 000 personnes étaient descendues dans la rue. Ce samedi, le parcours est un peu différent de la dernière fois. Le cortège emprunte le boulevard du Maréchal Joffre puis déambule sur le boulevard Anatole France, avant de rejoindre l'avenue du Maréchal Juin puis l'avenue des Sciences et de l'Industrie.

La manifestation doit durer jusqu'à 17h30. L'Orchestre d'Harmonie de la ville de Belfort, initialement créé par les salariés d'Alstom il y a 40 ans, assure l'ambiance musicale durant la manifestation, malgré la pluie.

Une délégation doit être reçue en Préfecture à l'issue de la manifestation, par Elise Dabouis, la Secrétaire générale de la Préfecture. Elle sera composée de Marie-Guite Dufay, présidente PS de la Région Bourgogne-Franche-Comté, du maire de Belfort LR Damien Meslot et des membres de l'intersyndicale de General Electric.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Sport : on a testé... le mölkky !

Les + Lus