• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

PHOTOS. Eurockéennes 2019 : Alpha Blondy répand l'amour sur la grande scène

© Photo Sarah Rebouh
© Photo Sarah Rebouh

Alpha Blondy a envoûté la grande scène des Eurockéennes. Entre cri d'amour et messages de paix, le roi du reggae francophone nous a redonné foi en l'humanité. Opération coup de coeur.
 

Par Lucie Thiery

La musique a le pouvoir de rassembler les peuples. Une phrase qui prend tout son sens avec le concert d'Alpha Blondy.
Les frontières s'effacent et les rythmes africains réconcilient les hommes quelque soit leur couleur, leur religion, leur handicap.

En ouvrant avec "Jérusalem", "Cocody Rock", ou encore "Peace in Liberia" il revient d'abord sur les albums de sa période engagée à la fin des années 80.

Dans son costume turquoise, le rastaman enchante les festivaliers. Mais l'éternel optimiste retrouve un ton acerbe pour dénoncer les guerres et injustices. Chanteur engagé, Alpha Blondy n'oublie pas de rappeler son combat politique. Son reggae dénonce une Afrique exploitée, divisée, les dictatures, le terrorisme.. 

"Nous voulons la paix au Libéria, en Somalie, au Mali, au Yémen, en RDC, en Palestine. On ne peut pas sacrifier des générations" scande-t-il. 
 
© Photo Sarah Rebouh
© Photo Sarah Rebouh


Au coeur du concert,  il a troqué son bonnet jamaïcain pour son habit de rockeur. Enfant de woodstock, il revisite "Whole Lotta Love" de Led Zeppelin façon reggae et c'est tout le public qui s'embrase. 
A 65 ans, le chanteur ivoirien reste une "bête de scène". Sur son dernier morceau, "Brigadier Sabari",  l'opération coup de poing s'est tranformée en opération pas de danse chaloupés. Une joyeuse communion avec la fosse portée par la voix universelle d'Alpha Blondy. 
Empruntant tantôt la langue de Bob Marley, l'anglais, celle de Gainsbourg ou le Dioula, dialecte de ses origines, il chante son amour pour l'humanité. Cette ode au positivisme teinte justement son dernier album "Human Race"
 
© Photo Sarah Rebouh
© Photo Sarah Rebouh


Tout au long du concert l'artiste a aussi réaffirmé sa foi en Dieu. Un Dieu au sens large, citant le Coran, la Bible, ou la Torah. 
"Je vous aime peuple de Dieu, ne mêlez pas Dieu à vos actes criminels" a-t-il assèné à la foule.
Un des moments forts qu'on retiendra du concert : lorsque l'artiste ivoirien décide d'inviter une personne handicapée moteur à partager sa scène le temps d'un couplet.
 
© Photo Sarah Rebouh
© Photo Sarah Rebouh
© Photo Sarah Rebouh
© Photo Sarah Rebouh



>> Découvrez tous nos articles sur Les Eurockéennes de Belfort.

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus