Manque de neige : au Ballon d’Alsace, le paradis n’est plus blanc… mais artificiel

Comme toutes les stations de ski de moyenne montagne, le Ballon d’Alsace dans le massif des Vosges n’est en capacité que d’ouvrir de rares pistes. La neige artificielle "sauve" une saison qui s’annonce des plus moyennes.

Skis alpins au pied, ces vacanciers ont la chance de pouvoir skier. Trois pistes sur 16 sont ouvertes dans la station située sur le département du Territoire de Belfort et celui des Vosges. Pas question de se rater sur les pistes et d’en sortir. En dehors du ruban blanc dessiné par les pistes, tout est vert !

L’avantage, c’est qu’il n’y a pas foule sur les pistes. “Y a pas toutes les pistes ouvertes, mais c’est cool” explique une jeune skieuse à notre journaliste Sarah Francesconi. “La neige, c’est pas trop de la soupe. Je pensais que ça allait être pire. On fait avec, on n’a pas vraiment le choix” confie ce vacancier parisien.

84.000 m3 de neige artificielle

Pour la première fois, le domaine ouvre ses portes sans aucune neige naturelle. Dans ce bras de fer contre la météo, il a fallu produire 84 000 m3 de neige artificielle.


Depuis un mois, le domaine du Ballon d’Alsace vit avec cette neige artificielle sortie des canons. “Nous n’avons rien en neige naturelle, ce n'est que de la neige de culture. L’eau vient du bassin-versant, du lac d’Alfeld, et on la pose ici” explique Bruno De Fiorido, chef d’exploitation de la station de ski du Ballon d’Alsace. Les équipes techniques relèvent un sacré défi pour maintenir le manteau blanc dans cet océan de douceur. “Tous les jours, on remet des pièces sur certains trous sur les pistes. Ce matin, on a dû fermer la piste bleue. Il nous reste trois pistes vertes” ajoute Bruno De Fiorido.

La station emploie une trentaine de saisonniers. Alors, elle tente de maintenir les pistes ouvertes tant qu’elle peut. Le bilan financier de la saison s’annonce plus que moyen. Pour l’école de ski, le constat est difficile, les inscriptions ont chuté de 70% par rapport à une saison enneigée. Mais Bruno De Fiorido veut garder l’espoir qu’un hiver sans neige en chasse un autre, plus blanc l’hiver prochain. Pour les professionnels du tourisme, skier sur de la neige artificielle est à la fois une prouesse, mais un crève-cœur.

Bien sûr qu’on voudrait de la neige naturelle, c’est beau. Les paysages sont magnifiques. Tandis que là, on voit des bandes blanches sur du vert, ce n'est pas top pour un montagnard !

Bruno De Fiorido, chef d’exploitation de la station de ski du Ballon d’Alsace

Situé à 1247 m, le Ballon d’Alsace devra faire face au réchauffement climatique. Un rapport de la Cour des comptes publié en janvier 2024 invite les communes et stations à préparer au plus vite une transition vers d’autres activités et à ne plus investir dans des matériels coûteux.

Toutes les stations seront plus ou moins touchées à horizon 2050. Quelques stations pourraient espérer poursuivre une exploitation au-delà de cette échéance. Les stations situées au sud du massif des Alpes le seront davantage que les autres.

Extrait du rapport de la Cour des comptes


La Cour des comptes alerte sur le modèle économique du ski français "à bout de souffle" et dont les politiques d'adaptation face au changement climatique "restent en deçà des enjeux".