Avec la Toussaint, c’est l’effervescence chez un producteur de chrysanthèmes de Saint-Marcel

 De toute les formes et des toutes les couleurs, le chrysanthème fleurit les tombes chaque 1er novembre. Et malgré la concurrence étrangère, des producteurs résistent. Comme à Saint-Marcel, en Saône-et-Loire où un horticulteur continue à faire de la vente directe aux particuliers.

Par France 3 Bourgogne

La serre de Nicolas Bailly est déjà à moitié vide. Il faut dire que la Toussaint approche à grands pas.

Voilà 12 ans qu’il cultive et vend des chrysanthèmes à Saint-Marcel. Sa feuille d’or est un bien précieux. "On produit à peu près 12.000 pots de chrysanthèmes. Cette période représente 25 % de notre chiffe d’affaires", précise-t-il.

Toute sa production doit partir en quelques jours. La fleur est très demandée. Et ce depuis Clémenceau, qui avait appelé à fleurir les tombes des soldats morts au combat pendant la Première Guerre mondiale.

Avec la Toussaint, c’est l’effervescence chez un producteur de chrysanthème de Saint-Marcel
Malgré la concurrence étrangère, des producteurs résistent. Comme à Saint-Marcel, en Saône-et-Loire où un horticulteur continue à faire de la vente directe aux particuliers.  - France 3 Bourgogne - Intervenants: Nicolas Bailly, horticulteur détaillant à Saint-Marcel. Équipe: Tiphaine Pfeiffer, Damien Rabeison; Philipppe Sabastier

 

Sur le même sujet

Municipales : François Rebsamen annoncera sa candidature à sa propre succession après Noël

Les + Lus