Vendanges : dans le Jura, les vignerons recrutent des vendangeurs malgré une récolte 2021 qui s'annonce bien moindre

La récolte de raisins dans les vignes du Jura devrait débuter vers le 15 septembre. Le recrutement des vendangeurs a commencé. Si certains vignerons font appel à des plateformes spécialisées, d'autres utilisent les réseaux sociaux.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Une année 2021 catastrophique. Dans les vignes de Denis Grandvaux à Le Vernois (Jura), certains pieds de vigne n’ont rien donné. “Le gel, la pluie, les maladies, regardez ce pied, il n’y a que deux grappes” nous montre le viticulteur. “On aura besoin de personnel, mais 70% de la récolte ne se fera pas. Toutes les vignes à crémant ont gelé. C’est là qu’on avait besoin de main d'œuvre pour vendanger manuellement” précise le vigneron. Pour recruter, Denis Grandvaux a fait appel aux réseaux sociaux, un post facebook et le bouche à oreille fonctionne. D’habitude, il emploie 35 vendangeurs sur une dizaine de jours, cette année, ils seront une vingtaine seulement pour une durée de 8 jours sur le vignoble du caveau des Byards.  

Certains vendangeurs préfèrent recruter via l’association Soelis, un guichet unique pour l’emploi en agriculture. L’association reçoit en ce moment les candidatures, les vignerons déposent leurs offres. Il est encore prématuré pour savoir combien de vendangeurs seront sous contrat en ce mois de septembre. 300 ? 400 ? Julien Mignot devrait en être. Ce jeune cherchait du travail, avec des amis. “Il y a toujours une bonne ambiance sur les vendanges, c’est une expérience à refaire” dit-il. 

Pour être vendangeur, il n’y a pas de profil précis. “Les vendanges, tout le monde peut les faire, tant qu’il y a de la volonté et un minimum de condition physique. Les viticulteurs ouvrent facilement leurs portes à des gens qui ne connaissent pas ce travail là” précise Stéphanie Jobard, de l’association Soelis. Le salaire est le SMIC avec une prime pour les porteurs, et une prime de déplacement.

Pour vendanger, il faut prévoir une tenue adéquate, de bonnes chaussures, des vêtements pour affronter la rosée du matin. Les vendangeurs ne sont plus hébergés par les viticulteurs, et doivent désormais se loger eux-mêmes.