VIDÉOS : Des passionnés du Bugey (Ain) se mobilisent pour la défense du lynx

© Lynx dans l'Ain
© Lynx dans l'Ain

Mieux faire connaître l'animal emblématique du massif jurassien, c'est la mission que se donne l'association Lynx de l'Ain depuis cinq ans. Partager des vidéos de l'animal dans son élément naturel est pour ces passionnés le meilleur moyen de sensibiliser le grand public à sa protection.

Par Jean-Stéphane Maurice

C'est en 2014 que le site internet Lynx dans l'Ain voit le jour. Christian Frégat, son créateur, et une poignée de passionnés commencent à s'intéresser au lynx boréal. Ils achètent leurs premiers pièges photos et vidéos et commencent à collectionner de nombreuses images du lynx à toutes les périodes de l'année. 
 
Best Of de vidéos de Lynx dans l'Ain

Pour Christian, l'idée de garder ses images dans son disque dur lui parait sans intérêt. Il décide alors de partager ses captations dans un blog destiné au grand public afin de mieux faire connaître l'animal. 
Au fur et à mesure, des témoignages d'observations arrivent. Christian part alors à la rencontre des chasseurs, éleveurs, vignerons, passionnés de nature afin de mieux informer et de mettre en place des plans d'actions visant à la préservation du lynx. Le blog commence à se faire connaître et des vidéos de cet animal que l'on aperçoit si rarement sont partagées comme ce lynx feulant dans un champ.

 
Lynx feulant
© Jean-Paul Chanut pour Lynx dans l'Ain
© Jean-Paul Chanut pour Lynx dans l'Ain

Parmi ces passionnés, Kévin, originaire du Haut-Doub raconte sur le site sa première rencontre avec le lynx.

"Voilà, je me présente, je m'appelle Kévin, j'ai 33 ans, je vis dans le Doubs en Franche-Comté et pour rien au monde, je ne changerai de région. En fait, tout a commencé depuis mon plus jeune âge et j'ai toujours été passionné par notre belle forêt de chez moi. Je ne passe pas un jour sans aller faire un tour dans ce que j'appelle mon domaine. J'adore tous les animaux qui y vivent : chevreuil, sanglier, renard et le lynx bien sûr. Voilà 4 ans que je dispose plusieurs pièges photos en espérant un jour apercevoir le fameux lynx. Ce jour tant attendu est arrivé après 3 longues années des milliers de photos et de vidéos. Un matin de juillet 2017 après 2 mois sans être allé relever mes pièges bingo le voilà et depuis ce jour tout s'est déclenché. En l'espace de 5 mois, j'ai eu la chance de prendre 5 lynx différents. Cette passion, je la partage avec mon frère Romuald à qui j'ai donné le virus. Lui aussi a de belles images de lynx. Voilà, il me semble avoir tout dit enfin presque, car je pourrais vous en parler pendant des heures. Encore une chose, respectez la nature et elle vous le rendra croyez moi!" nous explique Kévin Delval
 

Cette passion, Kevin la partageait avec Romuald son frère, récemment décédé d'une méningite foudroyante. Montrer une vidéo captée par son frère est pour lui un bel hommage à sa mémoire. "Le lynx était devenu sa passion. Je lui avais transmis le virus il y a deux ans. Romuald passait tout son temps libre à chercher ce merveilleux félin. Pour sa première rencontre, le 28 octobre 2017, il m'a raconté combien cette émotion fut intense. Le lynx était assis derrière un muret de pierres en train de l'observer non loin de sa proie. Romuald avait trouvé un chamois mort et avait décidé de mettre un piège photo avant de se mettre en affût à attendre une rencontre inespérée. Après quelques heures d'attente, il était là, devant mon frère. Il sort son appareil photo et ce fut pour Romuald un moment très fort. C'était sa première rencontre avec le lynx. Quelques mois après, il a rencontré une nouvelle fois cet animal si emblématique du massif jurassien. Romuald aimait sensibiliser et partager cette passion avec les gens".
Kevin trouve aujourd'hui dans sa quête du félin encore plus d'énergie et de force. 
 

Le blog "Lynx dans l'Ain" utilise régulièrement les compétences de Stéphane Regazonni, agent de l'ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage) et grand spécialiste du lynx en Franche-Comté. Dans une de ses vidéos, on peut distinguer un lynx se prenant une décharge électrique en venant rechercher une de ses proies (un mouton mort placé volontairement dans un champ). Pour mettre fin à d'éventuelles polémiques, Stéphane nous explique que ce lynx était âgé et commençait à s'intéresser à des proies plus accessibles que les chamois et chevreuils qu'il consomme habituellement. Pour ce genre d'expérience, le but n'est pas de blesser l'animal bien au contraire. Il s'agit d'une technique mise en place pour éloigner le félin du cheptel d'une exploitation agricole afin qu'il assimile ce type de proie à la décharge reçue.  
 
© Stéphane Regazonni pour Lynx dans l'Ain
© Stéphane Regazonni pour Lynx dans l'Ain
 
Aujourd'hui, selon les derniers éléments de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, la superficie de l'aire de répartition de la présence du lynx est en légère augmentation. Si elle est consolidée dans le massif jurassien Jura avec 80 % d'observation, elle reste fragile dans les Vosges et les Alpes. On dénombre une bonne centaine d'individus dans le massif jurassien, mais les menaces liées aux accidents routiers et au braconnage sont nombreuses.
 
© Lynx dans l'Ain
© Lynx dans l'Ain

 ► La page Facebook de Lynx dans l'Ain est ici.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Retraites : Marie-Calire Roussel

Les + Lus