Yonne : à l'appel du BEA, des volontaires vont tenter de retrouver des pièces de moteur tombées d'un avion

Le BEA (Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la Sécurité de l’Aviation civile) a fait appel à des volontaires pour ratisser une zone boisée, afin de retrouver des pièces tombées d’un avion qui survolait le département de l’Yonne. / © Baziz Djaouti
Le BEA (Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la Sécurité de l’Aviation civile) a fait appel à des volontaires pour ratisser une zone boisée, afin de retrouver des pièces tombées d’un avion qui survolait le département de l’Yonne. / © Baziz Djaouti

Le BEA (Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la Sécurité de l’Aviation civile) a fait appel à des volontaires pour ratisser une zone boisée. Il s’agit de retrouver des pièces tombées d’un avion qui survolait le département de l’Yonne. C'est une première !
 

Par B.L.


Un incident qualifié de "grave" par le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses s’est produit le 25 juillet 2019 lors d'un vol Genève-Londres.

Le moteur gauche de type Pratt & Whitney PW 1524 d'un avion A220 a subi une défaillance mécanique alors que le vol était en phase de croisière. 'Le moteur a été éteint et le vol a été dérouté sur Paris", indique le BEA.

Des pièces seraient tombées dans une zone boisée non habitée, qui se trouve près des communes de Perrigny-sur-Armançon et de Cry, dans l’Yonne. La pièce recherchée est une demi-couronne de 70 centimètres de diamètre en titane mais elle a pu se briser en plusieurs morceaux plus petits.

Le NTSB (l’homologue américain du Bureau d’Enquêtes et d’Analyses) souhaite que le BEA retrouve ces éléments pour comprendre ce qui s'est passé. D'autant plus qu'un incident identique s'est produit sur un avion du même type le 16 septembre 2019 : l'avion avait été dérouté sur Genève. 

 
 

Comment vont se dérouler les recherches ? 

Une vaste opération de ratissage est organisée les 6 et 8 novembre 2019. Pour cela, il fallait réunir environ 150 personnes.

Il y aura des agents de l’aviation, des gendarmes, des agents de l’ONF et de l’IGN (Institut national de l’information géographique et forestière). Pour compléter le dispositif, un appel a été lancé pour trouver des volontaires.
Ceux-ci doivent avoir une bonne forme physique car il faudra marcher dans la forêt, traverser des sous-bois et des vallons. Il faut prévoir des chaussures de randonnée et un sac à dos pour transporter le pique-nique fourni par le BEA.

Les recherches se  dérouleront sur trois jours de 8h30 à 16h :
-un dispositif large mercredi 6 novembre
-un dispositif réduit jeudi 7 et vendredi 8 novembre.

A noter que le 6 novembre un repas réunissant tous les participants sera organisé après les recherches, précise le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus