Réforme des retraites : des commerçants d'Auxerre portent plainte après des coupures de courant faites par des grévistes

Des coupures électriques ont été faites par des grévistes dans le cadre de la grève du 17 décembre contre la réforme des retraites. Ces coupures de courant ont paralysé l’activité de nombreux commerçants du centre-ville d’Auxerre. Ils ont décidé de porter plainte.

 

Vue de l'abbaye Saint Germain au-dessus des bords de l'Yonne, à Auxerre.
Vue de l'abbaye Saint Germain au-dessus des bords de l'Yonne, à Auxerre. © Claude Heudes

Quelles sont les conséquences de ces coupures de courant ? 

Une nouvelle journée de grève a eu lieu mardi 17 décembre 2019 pour protester contre le projet de réforme des retraites. C’est dans ce contexte que des coupures d'électricité ont eu lieu entre 15h et 18h à l'initiative de grévistes.

Résultat : de nombreux commerces se sont retrouvés dans le noir une partie de l'après-midi.

Les clients ne pouvaient plus effectuer de paiements par carte bancaire.

Parmi les boutiques les plus touchées, il y a notamment des commerces de bouche comme des chocolatiers, des boulangers, etc. Les coiffeurs se sont aussi trouvés dans l'impossibilité de sécher les cheveux de leurs clients ou de terminer les colorations comme les mèches par exemple.

Une librairie indépendante a vu ses portes à ouverture électrique rester ouvertes pendant des heures.

 


L’association des commerçants du quartier de l’Horloge a décidé de porter plainte. Une plainte sera déposée au nom de l’association et chaque professionnel concerné déposera plainte à titre personnel.
 
Après la crise des "gilets jaunes" l'an dernier, les commerçants craignent que cette année s’annonce de nouveau compliquée avec des grèves à répétition. Ils estiment avoir été "pris en otages par les grévistes à une période où ils réalisent une part importante de leur chiffre d’affaires de l’année".

"Surtout, nous portons plainte pour que cela n'arrive plus. Nous ne voulons pas courir le risque que cela se reproduise à chaque manifestation et vivre avec cette peur-là",  explique Corinne Lacour, présidente de l’association des commerçants du quartier de l’Horloge.

 
Le quartier de l'Horloge, à Auxerre
Le quartier de l'Horloge, à Auxerre © B.L.

 

RTE et Enedis vont déposer plainte "systématiquement"


La ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, a condamné les coupures d'électricité pratiquées par des grévistes de la CGT.

"Ce qui s'est passé est grave, quand on a des dizaines de milliers de foyers qui ont été privés d'électricité, et puis, à Lyon, cinq cliniques, une station de métro, une caserne de pompiers", a déclaré la ministre sur France Inter mercredi 18 décembre 2019.

"Je condamne très fermement et j'ai demandé aux dirigeants de RTE et d'Enedis de déposer plainte systématiquement", a-t-elle précisé.

 

La CGT ne condamne pas les actions de coupure de courant 


Interrogé par France 3 Bourgogne Didier Bourigault, secrétaire général de la CGT Yonne, indique qu’il "ignore qui est le ou les auteurs de cette coupure de courant et s’il s‘agit ou non de militants cégétistes".

En revanche, il précise qu’il condamne au nom de la CGT "la politique d’Emmanuel Macron et du gouvernement, leur réforme des retraites, les actions violentes au sein ou en marge de manifestations".

Mais "la CGT ne condamne pas les actions de coupure de courant comme celle d’hier", conclut Didier Bourigault.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie grève social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter