Auxerre : l’organisation de la cérémonie des vœux en présence de Jean-Pierre Pernaut crée la polémique

Publié le Mis à jour le
Écrit par Gaël Simon avec Baziz Djaouti
Jean-Pierre Pernault aux côtés de Crescent Marault, le maire (LR) d'Auxerre.
Jean-Pierre Pernault aux côtés de Crescent Marault, le maire (LR) d'Auxerre. © Communauté d'agglomération de l'Auxerrois

Le 20 janvier prochain, le maire d’Auxerre (Yonne), Crescent Marault, présentera ses vœux à ses administrés en présentiel. Une cérémonie sous la forme d’un journal télévisé présenté par Jean-Pierre Pernaut, alors que le gouvernement a demandé aux élus d’annuler ce type d’évènement en pleine pandémie.

Alors qu’en plein cœur de la cinquième vague, les élus locaux privilégient les réseaux sociaux pour souhaiter la bonne année à leurs administrés, Crescent Marault (LR), le maire d’Auxerre (Yonne) fait le choix d’une cérémonie en présentiel. Cette année, l’édile présentera ses vœux le 20 janvier prochain, sous la forme d’un journal télévisé présenté par Jean-Pierre Pernaut.

Le dispositif devrait rassembler près de 2 000 personnes. Toutes devront s’inscrire en amont. Certains habitants croisés dans les rues d’Auxerre trouvent l’initiative plutôt séduisante. "C’est bien si ça ne réunit pas trop de monde et que tout le monde est espacé. Si l’on respecte les règles sanitaires, tout devrait bien se passer", estime une administrée. "Ça peut attirer du monde. Jean-Pierre Pernaut, c’est quand même quelqu’un qui est connu", salue un autre. 

Une décision "irresponsable" pour l'opposition

Á travers ce journal spécial, les élus de l’Auxerrois pourront présenter les projets de l’année 2022 et les changements qui attendent la population. Mais dans l’opposition, l’évènement suscite des interrogations. Certains jugent cette manifestation indécente en pleine pandémie.

"C’est surtout un acte irresponsable. Le pic de crise sanitaire est attendue pour mi-janvier. La cérémonie va se dérouler le 20 janvier. Comment est-ce qu’on peut demander à des gens de venir assister à une cérémonie comme ça ?", s'interroge Maud Navarre, conseillère municipale EELV. "Est-ce que c’est raisonnable de venir gaspiller l’argent public de cette manière", ajoute Mani Cambefort, conseiller municipal PS.

Nous vous demandons de ne pas organiser les traditionnelles cérémonies de vœux

Gérald Darmanin

dans une lettre envoyée aux préfets

Un choix d’autant plus contesté que le 21 décembre dernier, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait demandé aux préfets et élus locaux d’annuler leurs cérémonies de vœux du Nouvel An habituelles, "par soucis de cohérence et de responsabilité". Et ce, quelque que soit le format retenu pour la manifestation. Un message appuyé le 27 décembre suivant par Jean Castex.

Une manière de promouvoir le territoire pour le maire

Mais de son côté, Crescent Marrault garantit que le protocole sanitaire sera bien respecté avec contrôle des passes sanitaires, port du masque obligatoire et distanciation sociale. "On a travaillé sur un format qui nous permet de s'assurer du respect des geste barrières durant cette soirée".

Le maire d’Auxerre critique alors des reproches qu’il juge infondés et inappropriés. "On veut promouvoir le territoire, on veut attirer des porteurs de projet. Donc il faut vraiment que l’on mette les moyens pour les attirer. Et faire parler du territoire de l’Auxerrois à travers une personnalité comme Jean-Pierre Pernaut, ce n’est pas du gâchis d’argent public. Bien au contraire. C’est de l’investissement !", lance-t-il.

Pour autant, l’élu n’a pas souhaité communiquer sur le prix de cette soirée. Plusieurs centaines de personnes se seraient déjà inscrites pour participer à la cérémonie des vœux.            

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.