À Saint-Georges-sur-Baulche, +20 % de cambriolages en un an

Publié le Mis à jour le
Écrit par M. F.

Dans l'Yonne, selon la préfecture, le nombre de cambriolages est en baisse. Mais ils augmentent dans certaines communes pavillonnaires, comme à Saint-Georges-sur-Baulche, tout près d'Auxerre. En 2019, 35 cambriolages ont été recensés dans la commune, +20 % par rapport à 2018.

Aux portes d'Auxerre, Saint-Georges-sur-Baulche est une banlieue pavillonnaire, souvent ciblée par les cambrioleurs. Le 1er novembre dernier, Bernard* en a fait les frais. Sa maison a été fouillée de fond en comble.

"Tout était renversé, tout était partout. Aussi bien dans la chambre, le séjour, le premier étage. Tout était complètement bouleversé, les armoires vidées", raconte-t-il. Un préjudice financier de 3 000 euros, mais surtout un préjudice moral pour le retraité. En l'espace de quinze ans, c'est la troisième fois qu'il se fait cambrioler. "Aujourd'hui, même quand on va aux courses, on ferme les volets, on ferme tout, ajoute-t-il. Ce n'est pas une vie normale au XXIe siècle."

L'an dernier, 35 cambriolages ont été perpétrés à Saint-Georges, un record pour cette commune de 3000 habitants. La police municipale est presque résignée. "Les cambriolages sont en augmentation malheureusement par rapport à certaines années […] Cambriolage zéro ? Ça fait quinze ans que je suis à Saint-Georges, une année à zéro je n'ai jamais connu", indique Pierre Larrouture, policier municipal.

 
À Saint-Georges-sur-Baulche, +20 % de cambriolages en un an
 

Des voisins vigilants pour surveiller le quartier

Yves Hoguet, lui aussi a été cambriolé il y a plusieurs années. Aujourd'hui, il fait partie des douze voisins vigilants qui surveillent leur quartier. Sa mission : alerter les forces de l'ordre, en cas de comportement suspect. "Maintenant, je signale beaucoup plus qu'avant, explique le retraité. C'est un tort de dire on va déranger la police. Non, chaque chose peut être intéressante."

Les cambriolages sont devenus un sujet très sensibles à Saint-Georges-sur-Baulche. Peu d'habitants osent en parler. Certains voisins vigilants nous ont confié hors caméra qu'ils se sentaient impuissants et qu'ils pensaient même à jeter l'éponge.

* Le prénom a été modifié à la demande de l'intéressé