Des salariés du groupe Shiever à Avallon en grève pour la hausse des salaires

Depuis le jeudi 20 avril, des salariés du groupe Shiever font grève dans différents sites pour réclamer des meilleurs salaires. Ils ont fait valoir leurs arguments ce vendredi 21 avril lors d'une réunion avec des représentants de l'entreprise à Avallon (Yonne).

Des salariés du groupe de distribution Schiever sont en grève depuis 4h45 du matin ce jeudi 20 avril, à Magny puis à Avallon (Yonne) le vendredi 21 avril. Les grévistes réclament de meilleurs salaires pour faire face à l'inflation. 

Ils sont une soixantaine à Avallon ce vendredi 21 avril selon les salariés sur place, contre une vingtaine à Magny le jeudi 20 avril.

5 à 10% d'augmentation de salaire demandés

Les récentes annonces d'augmentation individuelles estimées à 1,2% en moyenne ne satisfont pas les salariés du groupe Schiever. Ils déplorent le fait que cette hausse ne correspond pas à l'augmentation du coût global de la vie, notamment "la crise énergétique et l'inflation alimentaire qui s'étale de 15 à 20 %"

"On demande une augmentation de salaire de 5 à 10% pour pouvoir atteindre les 2 000 euros bruts mensuels", détaille un salarié qui a tenu à rester anonyme. Il ajoute que "les conditions de froid dans les entrepôts justifient une prime mensuelle de 60 euros".

Enfin, la volonté des employés est de pouvoir obtenir l'avancée des négociations annuelles obligatoires (NAO) 2023 prévues en juin pour le moment. Ils souhaitent ainsi que ces négociations aient lieu à la mi-mai "pour faire face au plus vite à la situation actuelle, sachant que le gouvernement a annoncé une hausse de l'inflation à 2,2% au 1er mai".

durée de la vidéo : 00h00mn03s
Les salariés du groupe Schiever sont mobilisés sur plusieurs sites depuis le jeudi 20 avril. ©Salariés groupe Schiever

Une réunion a lieu à Avallon ce vendredi 21 avril, mais pour l'heure les réclamations n'aboutissent pas."La direction veut en parler aux NAO de mi-juin, mais pour nous c'est maintenant que c'est compliqué. Je ne sais pas si le mouvement va continuer, mais si la situation reste comme ça, ça devrait se poursuivre."