ENTRETIEN. Incarcération de la maire d'Avallon pour trafic de stupéfiants : "son frère la met hors de cause"

Après la mise en examen et l'incarcération de la maire d'Avallon (Yonne), pour trafic de stupéfiants, des voix s'élèvent pour prendre sa défense. Et notamment celle de son frère, Rachid Habsaoui, lui même mis en examen et en détention provisoire : il la met hors de cause, via son avocat Me César Lauwerie.

Dans la famille Habsaoui, il y a la soeur, Jamilah. Préparatrice en pharmacie, et surtout maire (DVG) d'Avallon, petite ville de l'Yonne nichée au pied du massif du Morvan. Mise en examen pour trafic de stupéfiants et placée en détention provisoire depuis mercredi 10 avril 2024. Il y a aussi deux frères : Benaïssa et Rachid, eux aussi mis en examen et incarcérés dans cette même affaire.

L'avocat de Rachid Habsaoui, Me César Lauwerie, affirme dans un entretien à France Télévisions que son client reconnaît les faits qui lui sont reprochés. Et qu'il innocente sa soeur.

Que vous a dit votre client, Rachid Habsaoui, à propos des charges qui pèsent contre lui ?

Me César Lauwerie : "Mon client reconnaît les faits de trafic de stupéfiants. Il indique que sa soeur n'était pas au courant que les stupéfiants étaient entreposés dans le domicile d'Avallon, qui est en réalité une résidence familiale. Jamilah Habsaoui y habitait bien, mais la maison avait été acquise pour y loger les deux parents - la mère est décédée subitement en 2022. Rachid Habsaoui prend sur lui la responsabilité d'avoir conservé des matières stupéfiantes, de son plein gré, à cet endroit.

Il affirme que sa soeur est innocente ?


C.L : Tout à fait. Il dit qu'il a servi de nourrice dans le cadre d'un trafic de stupéfiants, dont il n'est pas le chef de réseau. Les stupéfiants étaient conservés à l'insu et sans le consentement de sa soeur. Mon client la met hors de cause. Il n'a aucun intérêt à mentir, dans un dossier très exposé médiatiquement. Il ne couvre pas sa soeur.

Peut-on vivre dans une maison sans se rendre compte que de la drogue y soit entreposée ?


C.L : Les produits stupéfiants ont été retrouvés dans un coffre, très minutieusement empaquetés. Ce coffre se trouvait dans une dépendance, très probablement un garage, qui n'est donc pas au centre de la maison. Par ailleurs, les 70 kilos de cannabis ne sont pas une quantité astronomique. Je rappelle qu'en 2023, selon le rapport de l'Office central de la lutte contre le trafic de stupéfiants, on a retrouvé 128 tonnes de cannabis en France. 

► À LIRE AUSSI : Incarcération de la maire d'Avallon pour trafic de stupéfiants : 4 questions qui restent en suspens

Rachid Habsaoui vivait aussi au domicile familial ?

C.L : Non. Je tiens à dire qu'il est parfaitement inséré dans la société, avec un emploi qualifié de soudeur sur les lignes TGV. Il a des antécédents judiciaires, mais depuis sa sortie de prison il y a 18 ans, il n'a plus commis d'infraction. En ce qui concerne Jamilah Habsaoui, je ne suis pas son avocat. Mais à ce stade des investigations, son incarcération me semble être une décision disproportionnée.