Agriculture biologique : réduction des aides de 25 %

5,1%, c'est ce que représentent les fermes bio dans le paysage agricole breton. Ce chiffre augmente depuis le début des années 2000 et positionne la Bretagne au 7ème rang des régions les plus dynamiques en la matière. Seul problème, un nouvel arrêté prévoit une baisse des aides de 25 %. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
Les agriculteurs parlent "d'un coup de massue". Le 7 mars dernier, Le gouvernement a annoncé par arrêté une réduction de 25 % concernant les aides allouées aux producteurs convertis au bio et pour la récolte 2014. Autre conséquence de cette décision : en plus d'être abaissées, ces subventions seront versées avec 3 mois de retard au lieu du 5 mars prévu : "de nombreux agriculteurs ont reçu un courrier à cette date précisant le montant de leurs aides mais sans paiement" explique le réseau Gab Frab (agriculteurs bios de Bretagne) dans un communiqué. Au final et pour l'an passé, ce sont 14 millions d'euros qui manquent dans les caisses, pour financer l'aide au maintien au bio. 

Manque de cohérence et manque d'anticipation

Les principaux concernés dénoncent cette décision, selon eux totalement contradictoire avec le plan ambition bio lancé par le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll et censé donner un nouvel élan à la filière. Ce plan prévoyait notamment de doubler les surfaces d'ici 2017. Pour ce justifier, Stéphane Le Foll a expliqué : "Nous avons été dépassés par notre succès". Le gouvernement préfère maintenant assurer les aides à la conversion. "Pour l'aide au maintien, la possibilité d'un ciblage sera laissée aux régions en fonction des priorités de chaque territoire." Alain fait parti des convertis, convaincu par l'agriculture biologique. Installé à Bédée, il s'inquiète désormais pour l'avenir : "on subit" dit-il. 

M. Villaverde, MA. Mouchère, G. Hamon / avec Alain Fouville Producteur de lait bio, Jean-Paul Gabillard Président Fédération Régionale de l'Agriculture Biologique