Brest. Le SOS du monde du spectacle face aux conséquences de la crise sanitaire

Les syndicats du spectacle étaient dans la rue en fin de matinée à Brest ce jeudi 4 mars pour interpeller à nouveau leur ministère de tutelle. Face au contexte de la crise sanitaire, ils demandent plus de visibilité et de perspectives.

300 professionnels du spectacle se sont rassemblés à Brest pour un nouveau cri d'alarme
300 professionnels du spectacle se sont rassemblés à Brest pour un nouveau cri d'alarme © J. Le Bot - FTV

Rendez-vous était donné à 11 heures place de la Liberté à Brest, par les syndicats du spectacle. Un appel auquel plus de 300 personnes ont répondu présentes. Le secteur de la culture se plaint de rester sans voix, toujours privé de scène.

Les cinémas ne savent pas non plus quand ils pourront rouvrir. Un peu partout en France des manifestants réclament de la visibilité, des calendriers pour se projeter. La condition des intermittents reste aussi une préoccupation et ils réclament au ministère de la Culture de prolonger le dispositif d’année blanche au-delà du 31 août  2021.

Voila un an, le 4 mars dernier, était publié le décret interdisant les rassemblements de plus de 5000 personnes. Aujourd'hui, la détresse s'est installée. 

On est là, c'est un cri du coeur, un SOS ! On a envie de travailler à nouveau, d'avoir des retrouvailles, dans de bonnes conditions sanitaires évidemment.

Olivier Simenhaus, président du groupe des Gens du spectacle


Et d'ajouter que "ce n'est pas la reprise des festivals avec une jauge maximum de 5 000 places, sans buvette, soit plus des concerts en extérieur et assis" qui va permettre de donner du travail à la plupart des intermittents. D'où l'importance de la prolongation de l'année blanche "pour que l'on ait tous le temps de refaire des heures et de cumuler pour rouvrir nos droits."

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture manifestation économie social covid-19 santé société