CARTE. Quels sont les théâtres et lieux culturels occupés par les intermittents ?

Contre la fermerture des lieux de culture en cette période de crise, pour une nouvelle année blanche pour les intermittents. De plus en plus d'artistes font de la résistance. Selon la fédération CGT-Spectacle, à l’initiative du mouvement, 58 lieux seraient ce mardi 16 mars "occupés".

Une vingtaine d'intermittents du spectacle occupe pacifiquement le Carre Magique de Lannion pour réclamer la reprise immédiate du travail dans le secteur culturel.
Une vingtaine d'intermittents du spectacle occupe pacifiquement le Carre Magique de Lannion pour réclamer la reprise immédiate du travail dans le secteur culturel. © Lionel Le Saux/LE TELEGRAMME/MAXPPP

Le Quartz de Brest, l'Opéra de Rennes, Le Carré Magique de Lannion (cf photo), le Grand Théâtre de Lorient, et ce soir peut-être le théâtre de La Passerelle à Saint-Brieuc... Dans tous nos départements, les intermittents du spectacle mais aussi des précaires, toutes professions confondues, élisent domicile dans les salles de spectacle fermées, par mesure de sécurité sanitaire.

"Une caisse de résonnance"

"L'objectif est de défendre les intermittents du spectacle, menacés par la réforme de l'assurance chômage, mais surtout tous les intermittents de l'emploi : on n'est pas là uniquement pour défendre nos causes !" expliquait lundi Kristell Arquetoux, productrice de groupes de musiques et membre du collectif intermittents et précaires, dans les locaux du Grand Théâtre de Lorient.

Les "occupants" demandent notamment la réouverture des lieux de culture dans le respect des consignes sanitaires, et la prolongation de l’année blanche pour les intermittents.

Pour le directeur du lieu, Rodolphe Dana, cette occupation a un sens : "On les accueille, on n'est pas sourds à leurs revendications, puisqu'on en partage un bon nombre sur la réouverture des leux culturels, sur l'année blanche pour les intermittents... On est une caisse de résonnance à toutes ces revendications qui dépassent parfois même le cadre du théâtre et de la culture."

D'après le site internet sceneweb, cinq théâtres seraient à ce jour, mardi 16 mars, occupés en Bretagne sur les 58 sites que répertorie la fédération CGT-Spectacle :

Voir en plein écran

Le mouvement est parti, le 4 mars dernier du Théâtre de l'Odéon à Paris. Une première occupation d'un lieu culturel, pour demander la "réouverture de la culture". Un cri du coeur qui résonne désormais dans toute la France.

A l'échelle de la Bretagne, c'est d'abord Le Quartz de Brest qui a été occupé, le 11 mars dernier par des intermittents du spectacle qui y ont installé leur campement pour une durée indéterminée.


Ce même 11 mars, à Nantes, des artistes et techniciens ont aussi possession du Théâtre Graslin pour exiger également des aides financières suffisantes pour relancer l'activité du secteur.
Le mouvement était lancé. Depuis les actions se multiplient comme ce mardi après-midi, devant le théâtre de La Passerelle à Saint-Brieuc, ou encore devant l'Opéra de Rennes :


D'après la fédération CGT-Spectacle, à l’initiative du mouvement, près de 60 théâtres en France seraient occupés ce mardi 16 mars, par des techniciens, des artistes et des étudiants en école d’art dramatique.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture