Coronavirus : les chocolatiers assurent Pâques coûte que coûte

A gauche, la pâtisserie Le Daniel à Rennes emploie encore 8 salariés pour la production et la livraison des commandes. A droite, une des créations du chocolatier Yohann Dubois pour les fêtes de Pâques. / © Agence Des Ronds dans l'Eau
A gauche, la pâtisserie Le Daniel à Rennes emploie encore 8 salariés pour la production et la livraison des commandes. A droite, une des créations du chocolatier Yohann Dubois pour les fêtes de Pâques. / © Agence Des Ronds dans l'Eau

Coronavirus oblige, les pâtissiers et chocolatiers ont dû fermer leur magasin au grand public. Pâques étant traditionnellement pour eux une période importante, les commandes en ligne et les livraisons à domicile permettent tout de même de maintenir une activité.

Par Robin Durand


"C'est un des points positifs de cette crise. Je renoue le contact avec les clients. Jusqu'ici j'étais plutôt un habitué du confinement volontaire dans mon atelier-laboratoire" avoue Laurent Le Daniel.

Ce pâtissier-chocolatier, meilleur ouvrier de France, très réputé à Rennes, réserve désormais une bonne partie de ses journées aux livraisons. Ses six magasins ont fermé. Seuls 8 de ses 54 salariés continuent de travailler, notamment pour assurer un minimum d'activité et honorer les commandes sur internet.

L'établissement assure déjà depuis longtemps l'expédition de ses créations les moins fragiles dans toute la France. 
 
Le savoir faire de la Maison Le Daniel, grand nom de la pâtisserie rennaise.
Le savoir faire et les coulisses de la Maison Le Daniel, grand nom de la pâtisserie rennaise. - La Maison Le Daniel


2000 pièces en stock 


"Le chocolat reste une valeur sûre. Une sorte de réconfort en ces temps difficiles. Et puis, nous préparons Pâques depuis fin janvier. Nous avons en stock près de 2000 pièces. Il n'était pas question de jeter à la poubelle tout ce travail" explique Laurent Le Daniel.

Le pâtissier propose donc un nouveau mode d'achat grâce à internet et une livraison à domicile. "Une livraison gratuite à condition de commander pour un minimun de vingt cinq euros. Je livre dans toute l'agglomération rennaise. Sur le plan logistique, c'est réalisable car la circulation aujourd'hui est très fluide. Sur le plan économique, ce n'est pas vraiment satisfaisant" avoue le chef d'entreprise.

Ce dernier a déjà tiré quelques enseignements de cette crise : "Le choix des patisseries est plus restreint depuis quelques jours mais cela ne semble pas gêner les clients fidèles. Et puis ma formule salée pour déjeuner du midi a trouvé un public."
 
La Maison Le Daniel organise chaque année au mois d'avril une journée porte ouverte. Elle a du être annulée à cause de la crise du Coronavirus. / © Maison Le Daniel
La Maison Le Daniel organise chaque année au mois d'avril une journée porte ouverte. Elle a du être annulée à cause de la crise du Coronavirus. / © Maison Le Daniel
 

L'option libre service


En revanche, la livraison n'est pas la stratégie choisie par le chocolatier costarmoricain Yohann Dubois. "Avec les nouvelles règles sanitaires strictes, je n'ai pas souhaité exposer mes salariés et mes clients" reconnaît l'artisan. Ce dernier a tout de même accepté de participer à l'offre proposée par son ami caviste François Charroy qui propose dans la région de Saint-Brieuc (22) la livraison de paniers garnis comprenant du vin, du fromage, des légumes et bien sûr du chocolat. 

Pour l'instant, Yohann Dubois réduit le temps de travail de ses 14 salariés, qui passe de 7 à 4 heures par jour. Il compense aussi la fermeture de ses trois points de vente en proposant le système du "click and collect". Les clients achètent en ligne et viennent chercher leur commande directement aux magasins sur un créneau de 10h à midi.
 

Une partie de la clientèle n'est pas habituée à l'achat en ligne  

 
Pour les fêtes de Pâques , le chocolatier Yohann Dubois veut proposer un libre service de produits déjà emballés pour ses clients. / © Agence Des Ronds dans l'eau
Pour les fêtes de Pâques , le chocolatier Yohann Dubois veut proposer un libre service de produits déjà emballés pour ses clients. / © Agence Des Ronds dans l'eau

"Ce n'est pas le système idéal car mes clients sont souvent des seniors, pas forcément adeptes des achats via internet"avoue l'artisan-chocolatier. Il envisage donc de rouvrir ses magasins mais en proposant des produits déja emballés et en libre service pour limiter au maximum les manipulations.

"De toute façon, nous allons perdre en six semaines 15% de notre chiffre annuel" prévoit déjà Yohann Dubois.

Des fêtes de Pâques, pour lui, au goût amer. Bien plus amères que ses délicieux chocolats. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus