Coronavirus : Jérôme Tréhorel, directeur des Vieilles Charrues, "L'édition 2020 paraît inenvisageable !"

Emmanuel Macron confirme l'interdiction des grands rassemblements jusqu'à la mi-juillet, précisement la période où doit démarrer le festival des Vieilles Charrues. Jérôme Tréhorel, son directeur, ne croit plus à une édition 2020, au regard de la situation sanitaire et des conditions d'organisation.

Le festival des Vieilles Charrues et sa foule, ici en 2019, ne verra pas sa 29ème édition à cause du coronavirus
Le festival des Vieilles Charrues et sa foule, ici en 2019, ne verra pas sa 29ème édition à cause du coronavirus © F. Malésieux - France Télévisions

Les organisateurs des Vieilles Charrues attendaient fébrilement les annonces d'Emmanuel Macron. Autant dire que la décision de suspendre jusqu'à la mi-juillet les grands rassemblements suscite chez eux quelques interrogations. "Pourquoi cette date, sachant que l'évolution de la situation sanitaire n'est pas du tout prévisible. En ce qui nous concerne, l'édition 2020 paraît inenvisageable " admet Jérôme Tréhorel, le directeur du festival. 


Une préparation impossible


En effet, les Vieilles Charrues, c'est une montée en puissance sur plusieurs semaines, avec une présence de bénévoles sur site de plus en plus importante à partir du mois de juin. Or, en l'état actuel des mesures de confinement, les organisateurs ne pourront pas préparer normalement l'événement. 

"Quand bien même, l'édition 2020 serait en théorie autorisée, pourrions-nous garantir des gestes barrières, sur un site qui rassemble  300 000 personnes sur trois jours ? Tant que la situation sanitaire n'est pas sous contrôle , nous ne prendrons aucun risque pour les équipes et les bénévoles . Les festivaliers, eux-mêmes, voudront-ils prendre des risques ? Un festival comme le nôtre pourrait être un facteur de nouvelle propagation du virus. Tant que la situation sanitaire n'est pas sous contrôle, rassembler autant " renchérit Jérôme Tréhorel.

Le conseil d'administration du festival se réunira donc ces prochains jours pour entériner l'annulation de l'édition 2020, en accord avec ses partenaires. La situation sanitaire pouvant encore évoluer d'ici cet été et une interdiction de rassemblement pouvant encore survenir au dernier moment,  il s'agit aussi pour les organisateurs de ne pas engager inutilement des frais.

Concernant la billetterie qui est la source principale de financement, il y aura également un arbitrage. Deux options sont sur la table : le remboursement des billets ou la prolongation de leur validité pour l'édition 2021.

Il va falloir trouver des solutions pour vivre cette année noire, pour l'ensemble du monde culturel


Un soutien ciblé de l'Etat attendu 


Car la priorité du festival désormais c'est d'assurer sa perennité. Des annonces précises et rapides sont attendues du côté du ministère de la Culture. Un arrêté d'interdiction devra pouvoir couvrir les Vieilles Charrues car les contrats engagés deviendraient ainsi nuls et non avenus.

"Chaque festival a son mode de financement et son organisation. Les Vieilles Charrues reposent sur ses bénévoles. On pourrait tout de même imaginer la prolongation du chômage partiel pour nos permanents, l'exonération de charges ou bien encore de nouvelles règles de mécénat, même temporaires. Car nous ne bénéficions pas de suvbentions "explique Jérôme Tréhorel, le directeur du festival.

Un festival qui se projette déjà dans l'édition 2021 pour préserver une diversité culturelle en Bretagne. 

Les Charrues affichaient complet et attendaient 280 000 personnes cette année, après en avoir accueilli 270 000 en 2019. 

Plusieurs grands festivals ou événements ont déjà été annulés : Etonnants Voyageurs à Saint-Malo, la Fête de la Bretagne, ainsi que le Hellfest à Clisson en Pays-de-la-Loire, Solidays en Île-de-France

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus vieilles charrues culture musique santé société festival événements sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter