"Si Cuba peut nous aider, ce sera très bien". À Guingamp, des médecins cubains pour sauver l'hôpital public ?

Des médecins cubains pourraient-ils sauver l'hôpital public de Guingamp ? Vendredi 16 janvier, les défenseurs de l'hôpital de Guingamp (Côtes-d'Armor) ont rencontré Otto Vaillant, l'ambassadeur de Cuba. Chaque année, des dizaines de milliers de médecins cubains sont formés pour venir exercer à l'étranger et ils sont prêts à venir en France.

Faire venir des médecins cubains pour sauver une maternité ? C'est le pari lancé par des défenseurs de l'hôpital de Guingamp (Côtes-d'Armor) qui ont rencontré vendredi 16 février 2024 l'ambassadeur de Cuba, Otto Vaillant, dans un territoire marqué par des difficultés d'accès aux soins. Chaque année, des dizaines de milliers de médecins cubains sont formés pour venir exercer à l'étranger et sont prêts à venir en France.

"Si Cuba peut nous aider, ce sera très bien"

L'agglomération de Guingamp-Paimpol avait invité le diplomate car elle a eu connaissance de "la possibilité d'envoi de médecins cubains dans le monde pour aider tant dans l'urgence que dans le temps", a expliqué son président Vincent Le Meaux, évoquant "un besoin en santé sur nos territoires". "Si Cuba peut nous aider, ce sera très bien", a-t-il poursuivi.

La maternité de Guingamp, menacée de fermeture depuis des années, a obtenu un sursis en 2018 à la demande d'Emmanuel Macron, après une forte mobilisation de la population. Mais depuis avril 2023, les accouchements y sont suspendus, faute d'un nombre de soignants suffisants.

À lire : Maternité de Guingamp. Vers un arrêt des accouchements d'ici quelques mois ? "Nous irons en justice s'il le faut".

D'autres hôpitaux de la région souffrent d'un manque de personnel soignant. À Lannion et à Carhaix, l'accès aux urgences est régulé la nuit, faute de médecins urgentistes. Les Côtes-d'Armor sont le département le moins bien loti de la région en termes de densité de médecins.

D'autres élus, en Bretagne et ailleurs en France, ont aussi sollicité Otto Vaillant, assure le diplomate sans préciser lesquels. Bien sûr, il faudra un décret du gouvernement et l'accord des autorités de santé. Pour les élus locaux, comme pour le syndicat CGT, cette initiative a valeur de test. "Je pense que l'Agence régionale de santé est à l'écoute de toute solution qui viendrait du territoire. Elle a également intérêt à écouter ce qui est proposé par les élus locaux. Nous allons nous employer à écrire très rapidement au président de la République" afin d'"obtenir cet accord par décret", a assuré Vincent Le Meaux.

Un renfort transitoire

En France, des médecins cubains sont déjà intervenus en Martinique ou en Guyane en pleine crise du Covid-19, d'autres en Italie et en Andorre. Une région italienne, la Calabre, a signé un accord en 2022 pour un déploiement plus important de 500 Cubains. "C'est une solution rapide. Ils ont montré leur efficacité pour se déployer rapidement en cas de sinistre important. On n'est pas dans un sinistre aigu mais on en arrive à une population délaissée depuis 15 ans. Un tiers de nos patients sont sans médecin généraliste dans la région", déclare Christian Brice, médecin urgentiste à l'hôpital de Guingamp.

Pour celui qui est à l'origine de cette idée, ce renfort cubain ne serait que transitoire, pour éviter les fermetures de service. "Si on laisse fermer ces services d'urgences, si on ne prend pas des mesures qui seraient intermédiaires pour les maintenir ouverts le temps qu'on forme du personnel pour répondre aux demandes légitimes, on ne les rouvrira pas", regrette Gaël Roblin, conseiller municipal de Guingamp.

L'hôpital de Guingamp manque notamment d'urgentistes, d'obstétriciens, de sages-femmes. Les besoins précis n'ont pas été évoqués lors des échanges avec l'ambassadeur cubain. Cette rencontre aura permis de mettre "l’État français face à ses contradictions : nous faisons partie des cinq premières puissances mondiales, il y a encore une vingtaine d’années, nous avions le meilleur système de santé au monde et nous nous retrouvons à faire appel à des médecins cubains", estimait Fabrice Dehove, du syndicat SUD, avant les échanges.

La venue de médecins cubains soulève des questions, comme l'obstacle de la langue et le coût, alors qu'une grande partie du salaire versé par le pays hôte est prélevée par les autorités cubaines. Les médecins cubains pourront apprendre le français, a assuré l'ambassadeur.

Plus de 22 000 médecins cubains envoyés à l'étranger en 2023

La question des salaires que toucheraient ces médecins n'a pas été abordée, mais "à compétence égale, il doit y avoir le même salaire", a fait valoir Vincent Le Meaux. Certaines ONG dénoncent les conditions dans lesquelles sont envoyés les médecins cubains à l'étranger. En 2023, selon les autorités cubaines, 22.632 professionnels de santé étaient répartis dans 57 pays. Cette coopération médicale a rapporté 6,3 milliards de dollars en 2018 et 3,9 milliards en 2020, selon des chiffres officiels.

Que cette initiative se concrétise ou non, elle aura au moins le mérite d'attirer l'attention sur la situation de l'hôpital public sur ce territoire.