Meurtre de Claire Bouchaud : son ex-compagnon va faire appel de sa condamnation à 30 ans de prison

Simon Jégou qui s'est toujours déclaré innocent, a été condamné vendredi 26 mars à 30 ans de réclusion criminelle avec une peine de sûreté des deux tiers par la cour d'assises des Côtes-d'Armor pour la mort de sa compagne, âgée de 35 ans, en 2017. Il va faire appel de cette condamnation. 

Le palais de justice de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor)
Le palais de justice de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor) © Maxppp - M. Ollivier

Au-delà des 30 ans de réclusion, peine conforme aux réquisitions, l'accusé s'est également vu infliger le retrait définitif de l'autorité parentale. Le couple a eu un enfant âgé de quatre ans au moment du drame. 

 

"Peine lourde dans un dossier fragile"


"C'est une peine extrêmement lourde dans un dossier extrêmement fragile avec énormément de zones d'ombre. Un dossier dans lequel le doute devrait profiter à l'accusé", a estimé l'avocat de la défense, maître Thomas Jourdain-Demars, qui a annoncé que son client allait "interjeter appel de la décision"

Le corps de Claire Bouchaud, secrétaire médicale à l'hôpital de Saint-Brieuc, avait été retrouvé partiellement dénudé dans un roncier le 7 mai 2017 par un promeneur, près d'une ferme, à une vingtaine de kilomètres de Saint-Brieuc.

Simon Jégou, compagnon de la victime, avait été mis en examen pour meurtre aggravé. L'autopsie du corps de la jeune femme avait permis de "caractériser une mort violente consécutive à une lésion par arme blanche au niveau du coeur". L'absence d'aveux ne fait pas d'un accusé un innocent, a notamment expliqué l'avocat général Antoine Loussot lors de son réquisitoire. 

Selon les témoignages recueillis par les enquêteurs, le compagnon de la jeune femme souffrait de problèmes de stupéfiants et le climat familial au sein du couple était très tendu.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
féminicide justice société femmes faits divers