EN IMAGES. Colère des agriculteurs. Une "prairie" devant la préfecture de Saint-Brieuc

À trois jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris, les agriculteurs ont adressé un signal fort. L'élevage, en France, est menacé, maintiennent-ils. À l'appel des syndicats FNSEA et Jeunes Agriculteurs, de nouvelles manifestations ont été organisées aujourd'hui. De son côté, le gouvernement a tenté une nouvelle fois d’apaiser leur colère.

La colère des agriculteurs ne s'est pas vraiment apaisée. Leurs inquiétudes non plus. Alors, ils maintiennent la pression. Alors que le Salon de l'agriculture ouvre à Paris ce samedi (24 février), ils promettent des actions."L'élevage en France est menacé", clament-ils. 

À lire : Pourquoi ces nouvelles actions ne sont pas une surprise

À l'appel des syndicats FNSEA et Jeunes Agriculteurs, de nouvelles manifestations sont organisées aujourd'hui, notamment à Rennes et Saint-Brieuc. Les agriculteurs manifestants ont décidé de semer symboliquement des prairies permanentes.

Suivez notre direct de cette journée d'actions du 21 février

17h20 : Les tracteurs implantent une prairie devant la préfecture de Saint-Brieuc

Autour de 16 heures, quatre convois de tracteurs des Côtes d'armor ont pris la route de Saint-Brieuc. Ils sont arrivés un peu plus d'une heure après devant la préfecture, dans la capitale costarmoricaine, place du Général-De-Gaulle pour y semer une prairie permanente. 
Pendant ce temps, un des convois venu de Plérin bloquent la RN12 dans le sens Brest-Rennes.

 

16h : entre 150 et 200 producteurs rassemblés au siège de Lactalis à Laval

Les manifestants ont investi l'accueil du bâtiment, à l'appel de la Confédération paysanne, pour protester notamment contre le prix d'achat du lait par le groupe agro-industriel.
Les leaders du syndicat demandent à être reçus par la direction de Lactalis. Le groupe détient notamment les marques Président, Lactel ou encore La Laitière.
Les agriculteurs ont réussi à entrer dans le bâtiment mais restent à l'accueil. Ils sont venus de la Mayenne mais aussi de la Sarthe, de la Manche ou encore de la Charente. Des tracteurs se sont positionnés aux abords du site afin de bloquer les accès et permettre ainsi l'entrée des éleveurs et des producteurs.

15h : à Rennes, des agriculteurs bloquent le centre commercial Cleunay

Après avoir quitté la préfecture vers 14 heures, les agriculteurs ont emprunté la rocade Ouest pour se rendre au Leclerc Cleunay. Une quinzaine de tracteurs se trouvent sur le parking du centre commercial. Des agriculteurs sont entrés à l’intérieur du magasin pour mener une action de blocage et de contrôle des prix. Ils ont notamment baché des chariots.

Cette opération est à l'initiative des Jeunes agriculteurs d'Ille-et-Vilaine. Ils ont pu rencontrer la direction pour discuter de la politique des prix. Un nouvel échange est prévu dans 15 jours. 

11h30 : une prairie devant la préfecture à Rennes

durée de la vidéo : 00h08mn23s
Entretien avec Patrick Henri, président de la FDSEA Ille-et-Vilaine, devant la préfecture de Rennes. ©France3 Bretagne

Une cinquantaine de tracteurs ont pris place devant la préfecture, dans le Nord de Rennes. Ils ont symboliquement déversé la terre contenue dans les remporques. L'objectif : implanter une prairie sur le boulevard d'Armorique pour alerter sur le sujet des prairies permanentes.

11h : Manifestation attendue devant la Préfecture des Côtes d'Armor

Une manifestation des agriculteurs est attendue devant la Préfecture des Côtes d'Armor en début d'après midi. Un appel à éviter le centre-ville de Saint Brieuc a été émis.

Des difficultés de circulation sont également attendues dans les Côtes d'Armor sur les axes Dinan – Saint-Brieuc, Broons - Saint-Brieuc, Guingamp - Saint-Brieuc, Loudéac - Saint-Brieuc et Trémuson - Saint-Brieuc. 

Suivez le trafic en temps réel:

Le gouvernement multiplie les gestes d'apaisement

De son côté, le gouvernement a tenté une nouvelle fois d'apaiser la colère des agriculteurs. 
Le ministre de l'Economie et des Finances a promis de traquer les fraudes à l'étiquette "origine France"...
Gabriel Attal a pris la parole pour la 4ème fois au sujet de cette crise.
Parmi les mesures phares, le Premier ministre a annoncé un nouveau texte de loi Egalim d'ici l'été.