Elections municipales : une timide poussée verte

Alors qu'ils se sont emparés de plusieurs grandes villes françaises, les écologistes n'ont pas réussi à ravir de villes majeures en Bretagne. La faute en grande partie à un PS qui résiste bien, notamment dans les villes comme Rennes, Brest ou Lorient. 

Matthieu Theurier et Priscilla Zamord attendant les résultats à Rennes le soir du 15 mars
Matthieu Theurier et Priscilla Zamord attendant les résultats à Rennes le soir du 15 mars © C.Jauneau
Certes, à Lorient, la liste socialiste ne s'est pas imposée. Mais sa présence au second tour a inévitablement diminué la force de frappe des verts. Le candidat écologiste Damien Girard (32,83%), arrivé juste derrière le vainqueur Fabrice Loher (divers droite), alors qu'il était en tête au premier tour avec une liste PS-PCF-EELV.
La gauche était divisée, le maire sortant Norbert Métairie (PS), qui ne se représentait pas, soutenant son adjoint à l'urbanisme Bruno Blanchard (DVG), arrivé troisième (19,55%). 

Les Verts bloqués par les socialistes


A Brest, bastion de la gauche depuis 30 ans, le maire socialiste François Cuillandre, 65 ans, qui briguait un 4e mandat, est lui aussi réélu avec 49,69% des voix, après son alliance avec l'écologiste Ronan Pichon (15,73% au premier tour).

A Rennes, la liste EELV, qui est partie seule à l'assaut du premier tour, a obtenu 10 points de moins que ses adversaires du PS. Au deuxième tour, plutôt que chercher une alliance risquée avec la France insoumise, elle a préféré s'allier avec les socialistes pour s'assurer une place dans l'éxécutif de la ville de Rennes, et même glaner quelques postes importants à la métropole. 
Pour Matthieu Theurier, chef de file des Verts à Rennes, ces élections municipales, sont un réel progrès pour son groupe. Pour lui d'ailleurs, EELV aurait dû gagner les élections municipales de Lorient, la 3e ville de Bretagne. "Mais une liste de gauche s'est présentée face à nous à Lorient".

Les écologistes vont pouvoir faire entendre leur voix dans les bureaux municipaux. "Nous serons des alliés intransigeants comme on l'a toujours été. On voit aujourd'hui que les questions climatiques et sociales que l'on porte, s'imposent à nous. Tous les projets qui ont porté une colonne vertébrale autour de la solidarité et de la démocratie ont été validés par les électeurs", se réjouit Matthieu Theurier.
 A noter quand même qu'à Auray, près de Vannes, la liste citoyenne de Claire Masson, classée plutôt à gauche mais insistant dans son programme sur l'urgence écologique, avec notamment le développement des mobilités douces et la relocalisation d'activités, s'est imposée largement avec 42,61% dans la quadrangulaire du 2e tour.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections europe écologie les verts
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter