JO 2024. CARTE. Coût du passage du cortège de la flamme olympique dans les villes : ce que l'on sait

Plus sur le thème :

Les JO de Paris 2024 feront vibrer 22 villes de Bretagne qui reçoivent le cortège olympique. Relais de la flamme, village olympique, animations... Combien coûtent ces festivités aux communes et aux Départements : nos réponses.

Depuis Noël 1991, la flamme Olympique n'était pas revenue en Bretagne. Pour son retour sur la péninsule entre le 1er et le 8 juin 2024, 22 villes verront de près le symbole des Jeux Olympiques.

Rennes, Fougères, Saint-Malo ou la forêt de Brocéliande et les mégalithes de Saint-Just pour l'Ille-et-Vilaine. Dans le Morbihan, Rochefort-et-Terre, Pontivy, l'Ile-aux-Moines ou Vannes. Port-la-Forêt, Quimper, le mont Saint-Michel de Brasparts ou Brest pour le Finistère.

Sur notre carte interactive, retrouvez la liste complète des villes qui accueilleront le cortège olympique.

Pas de passage dans les Côtes-d'Armor

En observant la carte, un élément frappe le regard : pas de point de passage de la flamme dans les Côtes d'Armor. Un choix assumé par le conseil départemental des Côtes-d'Armor aux vues du budget demandé par le comité des JO de Paris 2024.

"C'est trop cher pour mon budget manifestation sportive" avait exprimé Ludovic Gouyette. Le vice-président au Conseil des Côtes-d'Armor préfère soutenir une trentaine d'évènements sportifs sur trois ans plutôt qu'un passage de la flamme.

LIRE : JO 2024. Les Côtes-d'Armor ne souhaitent pas payer 150 000 euros pour accueillir la flamme olympique

Le Finistère convaincu de l'intérêt de recevoir la flamme

Les voisins Finistériens ne sont pas du même avis. Maël de Calan est certain que l'investissement est intéressant pour son territoire.

"Le département met 180.000 euros sur la table pour accueillir le parcours de la flamme. Avec cette somme nous obtenons sept villes traversées par le cortège et Brest comme ville étape" détaille le président de Conseil départemental du Finistère.

Cela ne représente pas l'intégralité du coût du cortège qui peut être comparé à la caravane du Tour de France. Une dizaine de bus des JO seront présents pour entourer le flambeau. S'ajoutent les agents de sécurité et les installations pour créer le village olympique avec les éléments de décorations et de lumières nécessaires.

"Si nous devions tout payer, le coût serait bien supérieur, assure Maël de Calan. Le comité d'organisation des Jeux participe largement à payer les frais, ainsi que des partenaires privés. Le Département n'est qu'un des trois acteurs de cette opération financière".

180.000 euros TTC par département

Avec ce budget de 180.000 euros, le département du Finistère a pu choisir des sites sur son territoire. Ces villes n'auront rien de plus à débourser pour bénéficier de l'événement. "Nous avons désigné Port-la-Forêt pour son excellence dans la course au large, le mont Saint-Michel de Brasparts pour mettre à l'honneur ce site après les incendies dévastateurs, indique Maël de Calan. Le Département prend en charge pour les communes le passage de la flamme, mais s'ils veulent ajouter des animations ils devront les financer en plus".

La fièvre Olympique s'empare des territoires. Pontivy, dans le Morbihan, a également été désigné ville de passage du relais. "Nous ne payons pas le passage de la flamme. Nous profitons de cette journée symbolique pour mettre les enfants au cœur de l'événement. Nous allons financer des activités pour ce grand jour" souffle la maire Christine Le Strat. Ces évènements en plus sont à l'ordre du jour de nombreuses mairies et de fédérations sportives et associations locales.

Pontivy va s'appuyer sur son savoir-faire lors du Tour de Bretagne cycliste. "Nos associations locales savent recevoir ce type d'évènement. Nous allons les épauler, le dossier est sur la table de mon adjoint au sport" précise l'élue.

Des retombées en termes d'image

Si l'investissement pour les départements est connu, les retombées ne peuvent qu'être estimées. "Imaginez les images spectaculaires en drone de la pointe Finistère ce 7 juin, argumente Maël de Calan. Le passage de la flamme va faire rayonner le département, montrer son attractivité. C'est l'un des enjeux de notre mission".

Les fédérations de voile, de football et de nombreuses associations sportives réfléchissent actuellement des initiatives pour participer à la fête.

"Les idées fusent. Le milieu de la voile travaille à un accompagnement du voilier d'Armel Le Cléac'h qui emportera la flamme olympique de Brest vers les Dom-Tom" souligne le président du Département du Finistère. La Ville de Brest compte organiser un beau concert. Ces opérations pensées pour faire vibrer le public s'ajoutent au coût avancé par les départements.

Mais pour les élus pris dans la fièvre des JO, cela n'a pas de prix. "Le Finistère va vibrer une journée résume Maël de Calan. C'est une très grande fête du sport. Nous avons besoin de fédérer, de penser à de belles choses".

Du 1er au 8 juin, les images de Bretons courant autour des porteurs de flamme vont inonder les réseaux. Les premiers noms des porteurs officiels commencent à être dévoilés, mais chacun pourra courir au plus de la torche qui sera allumée le 16 avril 2024 dans le sanctuaire d'Olympie en Grèce.