Chute du peloton du Tour de France : la spectatrice recherchée placée en garde à vue

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emilie Colin
Le peloton à terre après une chute provoquée par une spectatrice, pendant l'étape entre Brest et Landerneau
Le peloton à terre après une chute provoquée par une spectatrice, pendant l'étape entre Brest et Landerneau © France Télévisions

Une spectatrice est mise en cause dans une chute du peloton du Tour de France lors de la première étape. Recherchée, elle a été retrouvée et placée en garde à vue à Landerneau.

Une chute a émaillé le Tour de France lors de l'étape entre Brest et Landerneau le 26 juin, à 45 kilomètres de l'arrivée. Une spectatrice était depuis recherchée car des images la montrait brandissant une pancarte, sur la chaussée, sans prêter attention au peloton arrivant derrière elle. L'Allemand Tony Martin était alors entré en collision avec elle entraînant avec lui d'autres coureurs. 

Garde à vue

Selon nos informations, une femme s'est présentée d'elle-même ce mercredi midi à la gendarmerie de Landerneau. Au même moment, les gendarmes sonnaient chez elle, après l'avoir identifiée grâce aux auditions menées ces derniers jours.

Âgée de 30 ans, elle a été placée en garde à vue et est en cours d'audition. Avant cela, elle a demandé à voir un médecin. Selon les premiers éléments, elle est française, domiciliée dans le nord Finistère. Une perquisition est en cours. 

Le message sur sa pancarte, écrit en partie en allemand avait suscité des interrogations sur sa nationalité. 

Après cette chute, une enquête a été ouverte pour "blessures involontaires avec incapacité n'excédant pas trois mois par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence". L'organisateur du Tour de France, Amaury Sport Organisation (A.S.O) a  porté plainte contre X.

Ce que risque la spectatrice

Cette femme risque une amende de 15 000 euros. Si le coureur allemand Jasha Sütterlin (DSM) blessé et contraint à l'abandon portait plainte nominativement contre elle, la sanction pourrait être plus lourde, avec une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 1 an. 

Mardi, les coureurs ont posé le pied à terre après leur départ à Redon, un signe de protestation pour alerter sur les conditions de sécurité sur le parcours. 

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.